Camion Poubelle © Tim Douet

Métropole de Lyon : la collecte des déchets prend le virage du gaz naturel

Le Grand Lyon a engagé 18 millions d'euros pour renouveler l'ensemble des véhicules de collecte des ordures. L'objectif : n'utiliser que des camions-poubelle alimentés au gaz naturel à l'horizon 2026.

La métropole a investi 18 millions d'euros dans le but de refondre sa flotte de camions-poubelle, afin qu'ils soient exclusivement alimentés au GNV. Le 28 juin dernier,  Bruno Bernard, président de la métropole, inaugurait la station de gaz provisoire de Villeurbanne. Cette structure temporaire est utilisée pour alimenter des bennes à ordure au gaz GNV.

Lire aussi : La Métropole de Lyon parie sur le carburant GNV et inaugure une station provisoire à Villeurbanne

Le GNV, gaz naturel pour les véhicules, est un gaz issu du méthane, un des hydrocarbures les plus communs, utilisé dans la consommation des ménages et des services ; comprimé, la métropole lyonnaise y a de plus en plus recours pour alimenter les bennes à ordures chargées de collecter les déchets. Une étude européenne réalisée par un consortium d'industriels et publiée en 2017 montre que le gaz naturel est moins polluant que le diesel et l'essence.

Un réseau qui doit se passer du diesel

Cet infléchissement vers le GNV n'est pas exclusif à la métropole : sur le site de GRDF - Gaz réseau distribution France-, on peut lire que la transition énergétique française passe en grande partie par ce gaz naturel. "L’objectif pour 2030 est d’arriver à faire rouler plus de 340 000 véhicules au GNV !", poids-lourd et utilitaires inclus. En mars dernier, Bruno Bernard a fixé à 2026 la fin des véhicules diesel au coeur de la Zone à Faibles Emissions - qui comprend Lyon, Villeurbanne, Caluire et Cuire, une partie d'Ecully, de Vénissieux et de Bron, depuis 2020. C'est pourquoi la métropole tente de parvenir à un ensemble de 105 bennes qui soient "100 % propres", donc non alimentées au diesel, d'ici là.

La collecte des déchets présente un double-enjeu dans le passage au gaz naturel. Si les bennes à ordure sont alimentées à présent en partie par le GNV, les déchets collectés servent ensuite à le réemployer. Le BioGNV est en effet produit par la méthanisation des ordures ménagères, agricoles... La métropole, contactée par Lyon Capitale, compte arriver à la fin du mandat de Bruno Bernard à une offre entièrement alimentée en BioGNV. "Elle produire alors son propre biogaz", à partir de la station d'épuration de Pierre Bénite, au sud de Lyon. Pour le moment, toutes les bennes sont avitaillées au diesel ou au GNV ordinaire.

Lire aussi : Métropole de Lyon : la collecte des ordures ménagères restreinte à cinq communes le 14 juillet

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut