Vélos sur les berges du Rhône à Lyon

Métropole de Lyon et axes vélo : qui a tenu ses promesses ?

La Ville à Vélo vient de livrer son bilan des promesses faites par les élus lors du plan modes doux de 2009 à 2020 concernant les axes structurants. L'association a ainsi classé les villes de la métropole de Lyon, dressant "un mauvais bilan général".

Les comptes n'y sont pas pour La Ville à Vélo. Lors du Plan Modes doux 2009 - 2020, de nombreuses promesses avaient été faites par les élus sur la création d'un réseau structurant d'aménagements cyclables. En 2009, le président de la métropole et maire de Lyon, Gérard Collomb, promettait de développer les déplacements à vélo : "Aujourd'hui, 2,5 % des déplacements dans l'agglomération se font à vélo. On vise 5 % en 2014 et 7,5 % en 2020. C'est réaliste, car les deux tiers des déplacements sont inférieurs à 3 km". L'ambition est alors de créer "l’ossature du réseau qui assurera des liaisons intercommunales. L’accent sera porté sur la lisibilité et la continuité des itinéraires".

Onze ans plus tard, l'association La Ville à Vélo livre un "mauvais bilan" qui montre que moins de la moitié du réseau structurant promis a été réalisé. Sur les 228 kilomètres de prévus, seuls 92 kilomètres sont aujourd'hui une réalité, "sans parler de la qualité des aménagements réalisés qui laissent souvent à désirer (largeurs, continuité)", complète l'association.

Des données chiffrées  

Pour ne pas se faire taxer de jouer le jeu d'un camp ou d'un autre dans le cadre de cette campagne électorale, La Ville à vélo s'est basée sur des données factuelles et chiffrées. Ainsi, elle a comparé les promesses faites lors du Plan Modes doux et les axes structurants qui ont bien vu le jour. En complément de cet indicateur "réalisations des promesses", l'association a "évalué la quantité d’infrastructures cyclables déployées en site propre pendant le mandat en cours, rapportée à la quantité de voiries routières de chaque commune (hors zone 30) à partir des données du Portail open data Grand Lyon". "Si la voirie est une compétence de la Métropole, les maires jouent toujours un rôle essentiel dans la réalisation des aménagements cyclables", précise La Ville à Vélo.

Des champions et les mauvais élèves

Sur le podium des communes et arrondissements où la promesse a été tenue, on retrouve ainsi Lyon 4, Lyon 3 et Vénissieux avec un taux effectif de réalisation de 46 %, 68 % et 91 %, mais seulement "45 %, 20 % et 8 % de linéaire cyclable aménagé pendant le dernier mandat sur les voies à 50 km/h ou plus".

15 communes sont à la dernière place avec un zéro pointé sur les aménagements. Elles sont toutes autour du Val de Saône, "seule Neuville-sur-Saône se distingue par un plus grand volontarisme (52 % des promesses réalisées, mais seulement 7 % de linéaire cyclable aménagé pendant le dernier mandat sur les voies à 50 km/h)". Plusieurs communes de la deuxième couronne lyonnaise sont également mal classées comme Charbonnières, Francheville, ou Sainte-Foy-lès-Lyon.

À quelques semaines des nouvelles élections, alors que le vélo est brandi par certains candidats pour s'acheter une bonne conscience verte (lire ici), la non tenue des promesses pourrait bien pousser certains citoyens à être un peu plus exigeants.

Le classement :

 

Lyon  : quel candidat osera utiliser l’ambitieux plan vélo  ?

à lire également
Faire défiler vers le haut