Erick Lelouche
© Lyon Capitale

Merial : "Les employés vont continuer d'appartenir à l'entreprise"

Erick Lelouche était l’invité de L’Autre Direct pour revenir sur la cession de Merial par Sanofi au groupe Boehringer-Ingelheim.

Le 2 janvier, Sanofi et Boehringer-Ingelheim ont officialisé leur accord d'échange d'activités. Merial, propriété de Sanofi, va être cédé au groupe allemand, tandis que se dernier va rétrocéder son activité santé animale au groupe Français. Un gros changement dans le monde de l'industrie pharmaceutique dans le monde, mais surtout à Lyon. Une ville qui restera centrale pour l’entreprise allemande explique Erick Lelouche, le président de Boehringer-Ingelheim santé animale en France : "Lyon est un site historique. C’est la première école vétérinaire du monde. Il y a l'héritage de Mérial et bioMérieux. Lyon a donc un rôle important pour Merial et continuera à avoir un rôle important pour nous."

Pourtant, les syndicats craignent des suppressions de postes. Une éventualité qui ne semble pas d'actualité selon M.Lelouche : "les employés vont continuer d'appartenir à la même entreprise. (…) Il y aura des fonctions qui vont partir, beaucoup d'autres resteront à Lyon. Nous attendons une bonne croissance en 2016 (environ 10 % NdlR), ce qui va nous permettre d'investir sur les infrastructures et les hommes, donc de recruter."

Il va tout de même y avoir du changement, puisque le siège de (ex)-Merial sera désormais à Ingelheim en Allemagne et que le nom de l'entreprise française va disparaître d'ici le 3e trimestre 2017.

Retrouvez l'intégralité de l'interview d'Erick Lelouche dans la vidéo ci-dessous.

à lire également
Des pas-de-porte des quartiers branchés au seuil de réseaux plus sages, une nouvelle génération de trentenaires est en train de monter à Lyon. Des entrepreneurs qui revendiquent la qualité de vie plus que l’argent comme idéal. Avec leurs codes novateurs des métiers du design et de la communication digitale, ils développent des concepts hybrides séduisants, mais bien rentables. Une jeunesse mondialisée difficile à étiqueter qui dépoussière sérieusement l’image du chef d’entreprise lyonnais traditionnel et ringardiserait presque celle du start-upper.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut