Mercier : voir Leslys...et revenir ?

Leslys est sur les rails. Unanimité dans les rangs entre les communistes, les centriste de toutes obédiences, le PS (même Rivalta), et les UMP. Tous les conseillers généraux ont approuvé le lancement du tram-train qui doit relier Lyon à l'aéroport de Saint-Exupéry en 2010. Pourtant le commissaire enquêteur avait émis un avis défavorable. Son rapport met en doute l'opportunité d'un tramway, compte tenu du trafic trop faible vers Saint-Exupéry. Il souligne plusieurs réserves majeures notamment l'impact sur l'environnement (la ligne doit traverser de terres agricoles) et la sécurité à l'arrivée sur le site de l'aéroport. Vendredi, le Conseil Général a décidé de prendre en compte les quatre objections majeurs, de changer la station d'arrivée du tram, mais de passer outre l'avis du commissaire enquêteur. Lors de débats, les orateurs n'ont pas cessé de qualifier de " surprenantes " les conclusions du commissaire enquêteur et de mettre en cause son objectivité.

La prochaine étape est la signature de la déclaration d'utilité publique par le préfet. Mercier a pris de l'avance : le concessionnaire est déjà choisi pour ce partenariat-public-privé (Rhône-express), le matériel roulant est déjà commandé, et près de 85 % des terrains concernés ont déjà fait l'objet de transactions à l'amiable. Bref, le commissaire enquêteur n'avait pas à répondre : non. Les opposants ne désarment pas. Les réseaux associatifs continuent de préférer l'autre tracé passant par le nord de Pusignan, ils ont reçu le soutien de cette ville. Ils prévoient de se retrouver le 15 février autour de l'association Parfer-Crémieu, sans doute pour envisager les voies de recours possibles.

Pour Michel Mercier, ce sera peut-être son dernier coup d'archet, en tous cas dans la configuration actuelle de l'assemblée départementale. Le 9 mars en même temps que les municipales auront lieu des élections cantonales qui renouvelleront la moitié des conseillers du départemant. Mercier doit sa présidence à un groupe UDF de 20 membres et à l'appui du groupe UMP de 11 membres. Mais depuis l'UDF a explosé. Bien qu'il ait affirmé le contraire vendredi, Michel Mercier semble être en train de claquer le porte du Modem, il vient de démissionner de sa présidence (voir ce qu'écrit Robert Marmoz). Il est bien difficile de prévoir ce que sera la configuration de la prochaine assemblée et quel rôle le président sortant y jouera.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut