000_Par8071642
© Patrick Hertzog/AFP

Marche républicaine à Lyon : la police très applaudie

Durant la marche républicaine qui a rassemblé à Lyon quelque 300 000 personnes ce dimanche, les forces de l’ordre ont été, à plusieurs reprises, applaudies par les manifestants. “Ça fait plaisir, a reconnu Pierre Tholly, secrétaire zonal du syndicat Alliance. Mais j’aimerais que cette reconnaissance perdure.”

Le geste était fort : le silence de la marche républicaine était ponctué d'applaudissements nourris, notamment envers les forces de l'ordre qui accompagnaient le cortège. Les attentats de la semaine dernière ont fait 3 victimes parmi la police : Franck Brinsolaro, 49 ans, chargé de la sécurité du dessinateur Charb, Ahmed Merabet, 40 ans, positionné devant le siège de Charlie Hebdo, et Clarissa Jean-Philippe, 26 ans, tuée dans une attaque revendiquée par Amedy Coulibaly.

“La population a besoin de la police”

Mais les manifestants remerciaient également le professionnalisme lors des deux prises d'otages de vendredi dernier. Durant l'assaut, porte de Vincennes, il n'y a pas eu de victime parmi les otages, remarque effectivement Pierre Tholly. En revanche, trois policiers ont été blessés par les tirs d'Amedy Coulibaly. De vifs applaudissements, tout au long du défilé, sont venus saluer leur efficacité et affirmer l'hommage des Lyonnais aux trois policiers décédés.

"Ça fait plaisir, cette démonstration, témoigne le secrétaire zonal du syndicat de policiers Alliance. Cela nous touche, bien sûr. Mais j'aimerais que cette reconnaissance perdure. Les policiers sont des cibles potentielles en permanence. Et, même si le côté répressif de notre métier est souvent mis en avant, on est souvent le dernier recours : on fait aussi office d'assistants sociaux.”

“La population a besoin de sa police, c'est le dernier rempart de la démocratie, car nous assurons la sécurité publique, quitte à payer de nos vies. Là, c'est visible, car les attentats ont marqué les esprits, mais chaque année on a des collègues qui tombent pour avoir fait notre devoir", ajoute Pierre Tholly.

Accompagné du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, François Hollande rendra hommage aux trois policiers tués, à la préfecture de police, à Paris, mardi matin.

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut