Marché de l'armement, Rhône-Alpes dégaine

Jean-Philippe Ballaz, expert dans le domaine de la défense pour la CCI de Lyon, a de quoi se réjouir. L'arsenal de mesures destinées à relancer les exportations d'armes, prônées mi-décembre par le ministre de la Défense, Hervé Morin, sont une aubaine pour la région.
Selon une très récente étude, conduite par la CCI, le réseau industriel de défense rhônalpin peine face à la concurrence, notamment américaine, mais aussi face à l'arrivée des pays low-cost (Europe de l'Est, Inde, Chine, Asie du Sud-Est). Difficile de lutter, quand la majorité des entreprises régionales qui interviennent sur ce marché juteux - explosion des conflits armés - sont des pme indépendantes de moins de 250 personnes, dont le CA ne dépasse pas 50 millions d'euros.

Lobbying militaire
Pourtant, toujours selon cette étude, Rhône-Alpes dispose d'atouts maîtres. Contrairement à PACA, spécialisé dans l'aéronautique, ou la Bretagne sur le naval, Rhône-Alpes diversifie son secteur d'activités. Chimie, bio- et nano-technologies, textiles techniques, mécanique de précision, aciérie, informatique, télécommunications, etc, tout y passe, de l'airbus militaire A400M, au sous-marin Barrac, en passant par le satellite Syracuse, où bien le système de détection acoustique des snipers PILARw. " Nous avons un véritable savoir-faire en Rhône-Alpes, un haut degré d'excellence sur la plupart des programmes militaires, commente Jean-Philippe Ballaz. Le maintien de l'activité, de ce savoir-faire unique et des emplois passe par un développement à l'international inévitable ".
Dans les prochaines semaines, la CCI de Lyon engagera des négociations auprès de la Direction générale de l'armement, très bien placée sur le marché européen, pour ォ vendre サ ses entreprises innovantes. Qu'on se le dise, dans ce contexte international explosif, Rhône-Alpes dégaine plus vite que son ombre.

Repères
Rhône-Alpes, 2e région de défense française*
18 760 personnes employées
120 entreprises (dont 68 PME, 19 groupes français, 6 filiales de groupes français, 21 filiales de groupes étrangers, 6 laboratoires et 1 université)
9 % de présence américaine
895 millions d'euros de CA
16 % des entreprises dont le CA dépend entre 50 et 100 % du marché de la défense
le Rhône et l'Isère, les deux plus gros départements de défense
principal client, le marché européen, suivi du marché US

* d'après l'audit réalisé par la CCI entre nov. 2006 et nov. 2007.

(Crédit photo Cf adj Dubois, Sirpa Terre)

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut