Manège place de la République à Lyon : un petit tour et puis s'en va

Le carrousel tournera une dernière fois place de la République ce dimanche, avant de déménager dans le 6e arrondissement.

Depuis plus de 25 ans le manège pour enfants installé au cœur de la presqu’île fait le bonheur des jeunes Lyonnais. Pourtant, Peter Hilt le propriétaire du carrousel, a reçu l’ordre fin février de la ville de Lyon de quitter la place de la République. Le carrousel sera donc démonté les 7 et 8 mars et réinstallé place Lyautey (6e arrondissement). « Il nous faut deux jours pour le démonter et trois pour le réinstaller, si tout se passe bien on pourra ré-ouvrir samedi prochain  » confie Vanessa Hilt. Le carrousel sera alors en marche jusqu’au 10 avril.

Cette suppression entre dans le cadre d’une reconfiguration physique du secteur République-Grolée dont les travaux vont commencer courant 2016. La ville souhaite reconnecter la place avec la rue du Président Carnot.

Le carrousel devait à l’origine plier bagage le 3 janvier, mais les travaux ayant pris du retard, le manège a obtenu un délai. Pour la gérante Vanessa Hilt c’est un peu la douche froide : « Je pense qu’on aura du mal à faire notre chiffre sur ce nouvel emplacement, on verra bien à la fin de la saison. »

Le soutien des Lyonnais n'aura pas suffit

En octobre dernier, lorsque Peter Hilt, a annoncé qu’il devait quitter la place de la République, beaucoup de Lyonnais se sont mobilisés. Une pétition a été lancée le 19 octobre et a récolté plus de 2000 signatures.

Malgré tout, le carrousel tire sa révérence ce week-end et quittera définitivement la principale artère passante de Lyon ce lundi.

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
Faire défiler vers le haut