Mal-être à la Ville de Lyon

La Ville de Lyon ne déroge pas à ce constat. (Article paru dans le numéro d'avril de Lyon Capitale)

Jeudi 26 mars, à l'appel de l'ensemble des syndicats, 500 agents (300, selon la police) manifestaient contre la politique de Gérard Collomb de "réduction des coûts" (Projet Emeraude). Au cœur de la manifestation, le mal-être des agents était palpable. "Suppression de postes, non remplacement des agents absents, promotion à la tête du client...

"On demande de faire plus avec moins", expose Richard Delauzun, secrétaire du syndicat CGT de la ville. Parmi les 7 500 agents, les cadres seraient en première ligne. "On a des enveloppes fermées qui nous obligent, par exemple à ne remplacer qu'à mi-temps les congés maternités", explique un cadre CGT. "Ils sont souvent obligés de faire ce qui est contraire à leurs valeurs de service public", analyse un psychologue qui s'est penché sur la question.

Les 26 assistantes sociales de l'ancienne Direction Prévention Santé Enfant (supprimées en février) sont particulièrement en détresse. Depuis le démantèlement de leur service, elles n'ont plus pour consignes de faire des signalements. "Mais c'est notre métier tel que défini par les règlements !, s'emporte une AS. Et en plus, les instits continuent de nous envoyer des enfants en difficulté. Conclusion, on outrepasse nos consignes pour le faire quand même".

Harcèlement, mises au placard, dépressions, cet ancien service semble tenir la palme de la souffrance au travail.

Quand le travail fait souffrir

Caisse d'Epargne : l'écureuil épargne des antidépresseurs

Souffrance au travail : détectez votre niveau de stress

Stress : les nouvelles pathologies

Toujours plus de souffrance au travail

Stress : ces travailleurs qui craquent

Stress au travail : à Lyon, une permanence pour ceux qui souffrent

Mal-être à la Ville de Lyon

Consultant ès stress

Dopage de masse

Jean Furtos : 'Cadres et SDF sont atteints de la même pathologie'

Dépression : les cliniques accueillent à bras ouverts

à lire également
Un sondage Ifop publié ce jeudi par Paris Match renforce l’idée d’une double investiture de Gérard Collomb à la ville de Lyon et à la métropole. Une enquête commandée par un mystérieux think tank “Lord Nelson”, qui s’avère être une conciergerie du 6e arrondissement.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut