Police
©Tim Douet

Lyon : une sage-femme escroque 400 000€ à la sécurité sociale

Une sage-femme a été interpellée à Lyon et placée en garde à vue. Le motif : elle aurait détourné 400 000€ auprès de la Sécurité sociale en quatre ans d’activité.

Entre 2013 et 2017, une sage-femme lyonnaise de 58 ans aurait détourné 400 000€ auprès de la sécurité sociale. Selon Le Progrès, c’est en surfacturant ses prestations et ses frais de déplacement que la sage-femme aurait pu réaliser son escroquerie. Elle aurait également produit de fausses factures, faisant encore gonfler le magot amassé du fait de son détournement de fonds.

Suite à sa garde à vue, elle a été reçue par le parquet, qui pour le moment l’a remise en liberté. La femme comparaîtra prochainement devant le Tribunal correctionnel de Lyon, devant répondre de ses actes devant la Cour. Une importante somme d’argent a été saisie sur ses comptes bancaires, en attendant sa comparution devant le tribunal. Si l’accusée vient à être reconnue coupable du détournement effectué auprès de la Sécurité sociale, le montant prélevé de ses comptes sera restitué à la CPAM en guise de dédommagement.

Un cas non isolé

En septembre 2017, une médecin vaudaise de 61 ans avait également été condamnée pour avoir escroqué la Sécurité sociale d’une somme de plus de 800 000€, via un processus de surfacturation de ses honoraires, entre 2011 et 2015. En janvier dernier, une autre sage-femme lyonnaise avait été jugée puis condamnée par le Tribunal correctionnel pour avoir détourné plus de 274 000€, là encore par le biais de surfacturations, mais également d’actes médicaux fictifs. Alors que le Rhône est devenu, depuis la création en 2010 du Comité départemental antifraude (Codaf), l’un des acteurs principaux dans la traque à la fraude sociale, les services de lutte spécialisés dans la fraude à la Sécurité Sociale ont augmenté. Cela pourrait expliquer non pas l’augmentation des cas de ce genre, mais la plus grande visibilité de ces derniers.

à lire également
Ambulance à Lyon © Tim Douet
Des classiques arnaques à la Sécu au blanchiment de trafic de stupéfiants, une petite minorité de sociétés d’ambulances fait son beurre sur l’argent public de l’assurance maladie. Profitant de l’inertie de dirigeants politiques et d’une administration qui ne contrôle pas systématiquement les services qu’elle paye, elles détournent des millions d’euros. Couplées à une gestion financière peu orthodoxe, ces fraudes font perdre 200 millions d’euros à l’État. Dans une société où la demande de transports sanitaires va crescendo.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut