(Photo by DENIS CHARLET / AFP)

Lyon : un établissement de nuit au coeur d’un trafic de cannabis

Le 2 juin, les forces de l’ordre ont mis au jour un trafic de cannabis conduit depuis un établissement de nuit, installé dans le 1er arrondissement de Lyon. Le gérant a été interpellé et environ 70 kg de cannabis ont été saisis. 

Au début du mois de juin, des riverains du 1er arrondissement de Lyon ont alerté les forces de l’ordre après avoir senti une forte odeur de cannabis émanant d’un établissement de nuit, installé dans la rue Sainte-Marie des Terreaux. Cela a conduit les agents à mener une surveillance du lieu en question. Celle-ci les a amenés en prendre en filature, le 2 juin, le gérant, un homme de 47 ans. Ils ont alors profité d’une infraction au code la route, à Curis-au-Mont-d’or, pour mener un contrôle. Celui-ci leur a permis de découvrir dans une sacoche deux pistolets de calibre 6.35 chargés, ainsi qu’un couteau qu’il cachait sous sa cuisse. En plus des armes, les policiers ont trouvé 500g de cocaïne dans le véhicule. 

147 pieds de cannabis saisis

Après l’avoir placé en garde à vue, les agents ont procédé à une perquisition de son domicile, où se trouvait un fusil à pompe chargé et 700 euros en liquide. La suite des investigations sur son lieu de travail, rue Sainte-Marie des Terreaux, leur a permis de découvrir une autre arme de type fusils à pompe, de nombreuses munitions, mais surtout une culture intensive d’herbe de cannabis précisent les services de la DDSP (Direction départementale de la sécurité publique). En fouillant les salles du club échangiste, les enquêteurs ont découvert 147 pieds de cannabis pour un total de 74,8 kg d’herbe. Lors de la perquisition, une femme de 35 ans et un homme de 47 ans, spécialisé en jardinerie et horticulture, ont également été interpellés. 

Deux suspects présentés devant la justice

Pendant son audition, le principal suspect a reconnu détenir de la cocaïne pour son usage personnel. Avant d’expliquer que le cannabis cultivé dans son établissement lui permettait d’acheter sa cocaïne. Concernant la détention de plusieurs armes, il a expliqué aux policiers en avoir reçu deux en héritage et avoir acheté les deux autres. Le jardinier interpellé dans le club a quant à lui déclaré être au courant de la culture de plants de cannabis, expliquant toutefois avoir seulement donné de conseils sans en tirer de bénéfices. 

Les deux hommes ont été présentés au parquet de Lyon le samedi 5 juin, puis écroués dans la foulée dans l’attente d’une comparution immédiate. Celle-ci devait se dérouler ce lundi. La femme interpellée est repartie libre à l’issue de sa garde à vue. 

Lire aussi : Affaire "Air cocaïne" : les pilotes lyonnais et isérois rejugés en appel

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut