Trottinette Lime place Bellecour

Lyon : un appel au boycott des trottinettes électriques en libre service

Un appel au boycott des trottinettes électriques a été lancé dans plusieurs villes de France. À Lyon le nombre de ces deux-roues pourrait dépasser les 8000 avant l’été, et pose de plus en plus la question de l'occupation de l'espace public.

Un article publié sur le site internet “Elles font du vélo”, consacré à l'actualité du vélo au féminin, un appel au boycott de trottinettes électriques en libre service a été lancé. Ce nouveau mode de transport urbain a envahi Lyon comme Paris et Bordeaux depuis quelques mois. Entre Rhône et Saône, on compte déjà 5000 trottinettes en libre service et huit opérateurs. Deux autres pourraient arriver d'ici mi-mai et porter le nombre de trottinettes électriques à 8000 avant l'été. Dans son “appel au boycott”, le site internet dresse une liste de quatre raisons de ne plus utiliser ce mode de transport : “Un développement agressif et anarchique”, “aucun apport en terme de mobilité” “ces trottinettes électriques détruisent l’Homme” et “la planète”.

Aucune photo sans trottinette

Lyon Capitale est déjà revenu à plusieurs reprise sur les problèmes que posent les trottinettes électriques dans l'occupation de l'espace urbain et notamment pour les personnes aveugles. “Tentez de prendre une photo de n’importe quel endroit à Lyon, tous vos clichés seront "trotinette-photo-bombés"”, écrit notamment à juste titre l'appel au boycott.

Pourtant, force est de constater que ce moyen de transport a trouvé son public au vu du nombre de Lyonnais qui utilisent régulièrement ces deux-roues. Lors du conseil municipal de mars, la ville de Lyon a annoncé que les opérateurs de trottinettes allaient devoir payer une taxe pour occuper l'espace public. Une délibération sera votée en mai prochain lors d'un conseil municipal. Cette taxe pourrait monter autour de 50€ comme à Pairs même si rien n'est défini pour le moment. Jean-Yves Sécheresse avait par ailleurs annoncé qu'un arrêté devait être pris prochainement par Gérard Collomb pour interdire le stationnement des trottinettes sur les trottoirs. Visiblement aucun texte de la sorte n'a été adopté pour le moment.

Une charte symbolique

La municipalité a aussi adopté une charte qui n'a qu'une valeur provisoire et qui n'engagera pas légalement les plateformes de location de trottinette. Actuellement, la réglementation locale dispose seulement que “la circulation à trottinette (avec ou sans moteur) est interdite sur les voies du tramway ainsi que dans les cimetières”. Cette charte symbolique dresse notamment une liste de bonnes pratiques.

D'autres villes comme Nantes ont été bien plus drastique face à l'arrivée de ces services en retirant dès leur arrivée l'ensemble des deux roues de façon préventive. La ville a déclaré qu'elle interdisait le déploiement de trottinettes “dans l'attente du vote de la loi LOM (loi d’orientation sur les mobilités)” qui devrait intervenir avant l'été. Cette loi devrait notamment créer un cadre juridique pour ces nouveaux modes de transport. En attendant, il faudra s'armer de patience à Lyon face au nombre des trottinettes qui continue de croître de façon exponentielle et occuper un espace public déjà bien contraint.

à lire également
Jean-Yves Sécheresse, l'adjoint en charge de la sécurité à la ville de Lyon a annoncé l'arrivée d'autres opérateurs de location de trottinettes électriques à Lyon et déclaré que ces entreprises devraient respecter les règles fixées sous peine de “quitter Lyon”.
6 commentaires
  1. nivard - 23 avril 2019

    Les deux problèmes importants posés par les trottinettes électriques, sont le manque d'avertisseur pour prévenir leur présence sur les trottoirs lorsqu'elles circulent, et leur rapidité… puisqu'elles vont beaucoup plus vites qu'un vélo…! D'où leur dangerosité pour les personnes âgées, les enfants et les animaux domestiques qui occupent cette espace sur la voie public...
    CANUT

  2. Galapiat - 23 avril 2019

    décidons d'une date , on les regroupent toutes place Bellecour, la location ne doit pas être le fait de sociétés, tout utilisateur propriétaire assuré de l'ngin,envahir l'espace public réprimé.

  3. Samel - 23 avril 2019

    Je penses que vous diabolisez beaucoup trop ce moyens de transport.
    Ce n'est pas le produit en lui même qui est dangereux mais les utilisateurs.
    Quand aux photos il est difficile de prendre ça pour un prétexte valable car les zones qui constituent un monument touristique ou historique sont interdit d'accès aux trotinettes d'autant plus qu'il est plus gênant de voir des voitures sur les photos qu'une trotinette.
    Mais il est vrai qu'il devrait rajouter tout de même une sonnette.

    1. JANUS - 23 avril 2019

      Samaul, Ce ne sont pas les armes à feu qui sont dangereuses mais les utilisateurs !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    2. Kar - 24 avril 2019

      L'une des raisons invoquées pour boycotter les trottinettes serait car ils sont très envahissants, que dirions nous des vélos qui sont dans le même cas et ce depuis très longtemps, sans parler des utilisateurs qui ne respectent rien , et même certains qui n'utilisent jamais les pistes cyclables....

  4. Ptit Louis - 23 avril 2019

    A Samel :

    La trottinette envahie tout les espaces qu'ils soient touristiques/historiques et autres...
    Le Parcs de la Tête d'Or commence à être prisé par les usagers de la trottinette, au point que les opérateurs en déposent un certain nombre aux entrées... Est ce que l'on peux parler de moyen de transport de ce cas ?... alors que l'usage du vélo y est réglementé.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut