Lyon-Turin : Franck Riboud met la pression sur Sarko et Berlusconi

Intention : devancer la construction du Lyon-Turin prévue pour 2023.

"L'idée d'attendre quinze ans et la réalisation du Lyon-Turin est un délai un peu long. Il y a des choses à faire pour le fret ferroviaire dès aujourd'hui". Pour Franck Riboud, p.d.g. de Danone et président du comité pour la liaison Lyon-Turin, le message est clair comme de l'eau d'Evian : le transport de marchandises sur rail entre la France et l'Italie ne doit pas attendre que la ligne ferroviaire entre Lyon et Turin soit mise en service, c'est à dire au mieux en 2013.

S'adressant implicitement à Nicolas Sarkozy et à son homologue italien Silvio Berlusconi, le p.d.g. de Danone a fait remarquer que " le timing des industriels ne (correspondait) pas toujours au timing des gens qui décident ". Aujourd'hui, le seuil des trois millions de camions traversant la frontière alpine chaque année, du Mont-Blanc à Vintimille, est atteint. Son dépassement serait ingérable, dit en substance la soixantaine de chargeurs, professionnels du transport et de la logistique européens réunis à la CCI de Lyon, ce jeudi. Tous soutiennent la nécessité de concrétiser les ambitions du report modal exprimées lors du Grenelle de l'Environnement et par le gouvernement italien de supprimer 100 000 poids-lourds dans la vallée alpine sur trois ans. Laurens Jans Brinkhorst, le coordonnateur européen du projet Lyon-Turin-Ljubljana-Budapest, a renchérit : " l'idée de booster le ferroviaire entre la France et l'Italie entre aujourd'hui et 2023 est aussi due au fait que le transport de marchandises par le rail a considérablement chuté ces dernières années ".

Les préconisations de Franck Riboud et Laurens Jans Brinkhorst tablent sur une réduction de 700 000 camions par an dans les Alpes à partir de 2010. Soit une économie de 345,1 millions d'euros sur la facture des coûts externes, c'est à dire la pollution de l'air, de l'eau et des sols, les accidents, la la contribution au réchauffement climatique ou encore le bruit. Et aujourd'hui, cette question environnementale est une priorité absolue.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut