Futur bâtiment du centre international de recherche sur le cancer (CIRC) à Lyon © DR

Lyon : première pierre pour le QG de lutte contre le cancer

Au cœur du quartier de Gerland, la première pierre du futur bâtiment du centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a été posée ce jeudi à Lyon. 

La première pierre du futur bâtiment du centre international de recherche sur le cancer (CIRC), situé au cœur du Biodistrict de Gerland, a été posée ce jeudi en présence d'Elisabete Weiderpass, la directrice du CIRC, Gérard Collomb, le maire de Lyon, David Kimelfeld, le président de la métropole et Étienne Blanc, le vice-président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes. Il faudra désormais deux ans de construction pour voir sortir de terre ce nouveau bâtiment. “Ça a été beaucoup de travail, pas forcément visible, pour mener à bien ce projet qui fait de ce quartier de Gerland un lieu unique pour la santé en Europe”, a expliqué Georges Képénékian, premier adjoint à Lyon. 

Lyon, coeur mondial de la lutte contre le cancer

Pose de la première pierre du futur bâtiment du centre international de recherche sur le cancer (CIRC) à Lyon © Justin Boche

L'objectif de ce nouvel écrin est “de faire de Lyon le centre mondial de lutte contre cancer”, a assuré Elisabete Weiderpass. Un véritable enjeu d'actualité alors que 18 millions de nouveaux cas de cancer ont été diagnostiqués dans le monde en 2018. “Ce chiffre va augmenter à l’avenir, mais il faut savoir que 40 % des cas peuvent être évités grâce aux changements d’habitudes de vie”, poursuit la directrice du CIRC. “Si la tendance actuelle se poursuit, le nombre de cas de cancers devrait augmenter de 60 % dans les années à venir. Notamment dans les pays pauvres où le taux de survie est le plus faible. C’est sur cela que le CIRC a un rôle à jouer. Il est fondamental qu'une grande métropole comme la nôtre soit a la pointe du combat pour la santé publique”, a abondé Gérard Collomb. 

Les 340 salariés qui se trouvent actuellement dans le bâtiment de Grange blanche s'installeront au cœur d'un quartier de Gerland où viennent chaque jour 3000 chercheurs, dont les deux tiers travaillent sur les sciences du vivant. Ce nouveau centre fera 11 315 m2 dont 5 586 m2 de bureaux administratifs et de recherche, 1 571 mètres carrés de laboratoires et comportera une biobanque indépendante qui servira de lieu d’archivage. À quelques pas de ce futur lieu, l’académie de l’OMS qui devrait s’installer d’ici 2021 viendra encore un peu plus compléter l’extraordinaire dynamisme du quartier.

Un projet à 52 millions d'euros

La construction de ce bâtiment coûtera 51,6 millions d’euros dont 19,2 millions d’euros investis par la métropole de Lyon, 17 millions d’euros par l’État et 14,2 millions d’euros par le conseil régional. Le CIRC participe également au projet à hauteur de 1,2 million d’euros. La ville de Lyon a elle cédé le foncier (d’une valeur évaluée à 13 M€) à l’euro symbolique et apporte un fonds de concours au titre des études et travaux de désamiantage, la dépollution et la démolition de l’ancien site EFS (Établissement Français du Sang) pour un montant de 708 426€.

Le projet a donc été presque intégralement financé par la collectivité publique, condition sine qua non pour conserver cette institution internationale à Lyon, l'objectif étant que le centre ne consacre ses deniers qu'exclusivement pour la recherche. Il s'agit de l'une des deux seules institutions internationales basées en France avec l'UNESCO à Paris. Le CIRC s’est installé à Lyon en 1972 sous la présidence de Georges Pompidou et comprend 27 États membres.

1 commentaire
  1. JANUS - 7 février 2020

    Il s'agit de l'une des deux seules institutions internationales basées en France avec l'Unesco. Sauf erreur, Interpol à Lyon 6° en fait parti.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut