Cantine
© Romain Perrocheau / AFP

Lyon : plus de menus bios dans les cantines en 2018

La ville de Lyon vient d’adopter un nouveau marché de restauration scolaire. À compter de la rentrée 2018, les aliments bios et les ingrédients issus de l’agriculture locale seront mis à l’honneur dans les cantines lyonnaises.

"Lyon engagée pour la qualité de production et l’éducation au goût", écrit la ville de Lyon dans un communiqué, dénotant de l’ambition de l’administration de proposer une alimentation saine et responsable à ses (très) jeunes gones. C’est la cuisine centrale de Lyon qui s’occupe chaque jour de la préparation de quelque 124 000 repas servis dans les 126 restaurants scolaires de la ville. La part des demi-pensionnaires représente aujourd’hui près de 80 % des élèves, un nombre non négligeable, d’où peut-être cette volonté de fournir des repas toujours plus qualitatifs. "La Ville, avec son prestataire Elior, ne se contente pas de fournir des repas, est-il écrit dans un communiqué. Ils engagent des actions concrètes pour développer le goût chez les enfants, tout en assurant leur sécurité alimentaire".

Aliments bios et produits locaux

Alors que l’Assemblée nationale vient de voter la loi sur l’Alimentation qui prévoit l’introduction de 50 % d’aliments dits "de qualité" dans la restauration collective d’ici à 2022, Lyon agit également dans ce sens. Dès le début de la nouvelle année scolaire en septembre 2018, 40 % des produits contenus dans les menus seront bios, et 55 % des ingrédients utilisés proviendront directement de la production alimentaire locale. Ces seuils sont même supérieurs à ceux instaurés dans la loi sur l’alimentation, qui planifie au minimum 20 % de produits bios, incluant les labels et autres certifications environnementales. Il y a déjà 15 ans que la ville a choisi d’introduire dans les assiettes des petits Lyonnais des produits de qualité, privilégiant les circuits courts et l’agriculture biologique. Aujourd’hui, la ville compte encore améliorer la qualité des menus scolaires, en introduisant a minima 50 % de produits bios dans les repas d’ici à 2022, comme le veut la nouvelle loi.

à lire également
Les menaces et insultes visant l'école de dessin se sont multipliées depuis qu'un prestataire a grossièrement modifié une photo d'étudiants en ajoutant des visages noirs pour la campagne d'installation d'une école Émile Cohl aux États-Unis.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut