© Tim Douet

Lyon : libéré dans le cadre du plan d’urgence sanitaire, il retourne en prison au bout de treize jours

Un homme a été condamné à six mois de prison ferme ce jeudi 23 avril pour des faits de violences. Il était sorti de la prison treize jours auparavant, le 10 avril.

Pour limiter la surpopulation carcérale dans les prisons, facteur de propagation du coronavirus, des mesures ont été prises pour aménager les peines des individus proches de la libération. L’homme de 38 ans originaire de La Duchère n’a pas su en profiter. Assigné à résidence chez son frère, à Givors, il s’est rendu chez ses parents, dans son quartier d’origine, malgré les restrictions qui lui étaient imposées.

Le 21 avril la police l'avait contrôlé pour un premier incident avec un agent de sécurité explique Le Progrès qui rapporte l'histoire. Plus tard, le même jour, il est impliqué dans une bagarre dans un bureau de tabac du 9e arrondissement. À l’arrivée de la police, l’individu a insulté les agents et a craché au visage de l’un d’eux.

Interpellé, il a subi un test Covid-19 pour s’assurer qu’il n’avait pas infecté le policier sur lequel il avait craché. Durant les diverses expertises effectuées sur la durée de sa garde à vue, il a proféré de nouvelles menaces aux policiers. Cinq d’entre eux ont finalement décidé de porter plainte.

Connu pour une quinzaine d’antécédent judiciaire, essentiellement des actes de violence, il a été jugé ce jeudi 23 en comparution immédiate. Il a été condamné à six mois de prison ferme et la révocation de son sursis de quatre mois pour une peine totale de dix mois de prison.

Faire défiler vers le haut