immobilier
© Tim Douet

Lyon : les mauvaises pratiques des agences immobilières dans la région

Mauvaise information du client concernant les honoraires et le diagnostic de performance énergétique, manque d'information et de service pour le locataire, l'UFC l’UFC-Que Choisir Lyon Métropole & Rhône a épinglé les agences immobilières de la région.

Deux ans après l’adoption de la Loi ALUR,qui devaient simplifier l'accès à la location l'association de consommateurs vient de pointer les excès des agences immobilières lyonnaises dans une enquête réalisée en novembre 2015. 42 % de ces agences n’affichaient pas l’information sur le diagnostic de performance énergétique (DPE). "De même, l’information détaillée sur les honoraires distinguant les frais d’agence de l’état de lieux qui peut être réalisé par un tiers n’est respectée que dans seulement 10 % des cas. Pire, 20 % des agences n’affichent aucune information sur les honoraires (26 % en 2011), alors que cette obligation légale date de 25 ans", explique l'UFC-Que Choisir. L'association de consommateur pointe aussi du doigt le manque d'information du consommateur. Dans 31 % des cas, l’agence n’a pas donné d’informations détaillées sur le bien en location (photographies, etc.), celle-ci étant totalement absente dans 23 % des cas. Concernant les informations du locateur, 85 % des agences enquêtées ont demandé au moins un document interdit comme un RIB ou une carte grise.

L'UFC-Que Choisir a aussi indiqué que les effets de la Loi Alur sur la baisse des frais d'agence n'a pas fonctionné comme souhaité. Au lieu d'une baisse de 50 % promis, la réduction des frais d'agence n'a été que de 17 % entre 2011 et 2015.

Dans ce sens, l’UFC-Que Choisir Lyon Métropole & Rhône a décidé de "mettre en demeure 62 % des agences enquêtées pour lesquelles des illégalités ont été constatées de se conformer à la Loi ALUR. À défaut de réaction de la part des agences concernées, elle se réserve la possibilité d’agir en justice". L'association demande aussi à l'administration de renforcer ses contrôles et au parlementaire d'interpeller le gouvernement sur ces questions.

Méthodologie de l'enquête : du 7 au 25 novembre 2015 auprès de 13 agences autour d’un scénario unique : aider un jeune membre de sa famille dans sa recherche studio/T2 à louer2. Le candidat locataire avait un dossier répondant aux obligations légales. Il gagnait 3 fois le montant du loyer et n’avait pas de garant. Ils entendaient vérifier le respect par les agences des obligations légales et réglementaires s’agissant de l’information en vitrine, du montant des honoraires exigés et des pièces demandées pour le dossier, et apprécier le conseil.
à lire également
Volonté de construire un projet collectif ou d’investir pour l’avenir. Pour les primo-accédants, jeunes ou moins jeunes, le premier achat relève souvent du saut dans l’inconnu. Si la tentation est forte de se balader devant les vitrines d’agences immobilières ou sur les sites en ligne de particulier à particulier, le meilleur moyen de débuter sa […]
1 commentaire
  1. Bernard Moinu - 21 mars 2016

    Tout simplement hallucinant que des pratiques pareilles existes encore.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut