Manifestation antifascistes
© Sylvian Baudry

Lyon : les antifascistes visent la fermeture du local du Bastion social

Environ 200 manifestants antifascistes ont protesté samedi après-midi contre l'ouverture d'un local dans le Vieux-Lyon par le Bastion social, groupuscule d'extrême-droite.

"Y a pas de fachos dans notre quartier, y a pas de quartier pour les fachos", reprenaient en chœur les 200 manifestants réunis place de la Comédie. Ce samedi à 17h, une vingtaine de groupes antifascistes lyonnais* se sont mobilisés.

Ils s'opposaient à l'ouverture, au même moment, du local du Bastion social (ex-Gud, Groupement union défense), groupuscule d'extrême-droite. Ce rassemblement est une première étape de mobilisation, mais d'autres manifestations auront lieu dans les semaines à venir, d'après les organisateurs.

"Le Gud progresse à Lyon"

La manifestation, qui avait été autorisée par la préfecture, regroupait plusieurs organisations lyonnaises, ce qui n'était pas arrivé depuis longtemps. "Les mobilisations antifascistes s'étaient un peu essoufflées ces derniers temps à Lyon, c'était compliqué à mettre en place. Là, pour une manifestation inter-organisations, on voulait s'assurer que ce serait autorisé. On préfère que ce soit sécurisé", reconnaît Arno, membres des Jeunes communistes.

Le motif de la mobilisation a cristallisé la colère de l'extrême-gauche lyonnaise, qui refuse de voir l'extrême-droite s'implanter en centre-ville, dans le Vieux-Lyon notamment (voir la carte ci-dessous). "Le Gud progresse à Lyon sans action de la mairie", a regretté un membre de la Coordination générale des anarchistes.

 

"Le Vieux-Lyon ne sera pas aux fascistes"

Alors que l'adresse du Pavillon noir (le nom donné au local par le Bastion social) n'avait pas été communiquée, les tracts distribués samedi soir par les manifestants indiquaient que celui-ci se situe au 73 quai de Pierre-Scize. "Ce local est un risque de plus de subir des violences, dont nous sommes les premières cibles", déplorait une militante queer et féministe.

À terme, l'objectif affiché de ce mouvement est d'obtenir la fermeture du Pavillon noir. Un mouvement auquel n'a pour l'instant pas adhéré la GALE (Groupe antifasciste Lyon et environs), pourtant rival historique du Gud, désormais nommé Bastion social. Des désaccords sur les modes d'action seraient à l'origine de cette divergence.

De son côté, Philippe Carry, surnommé l'horloger de Saint-Paul, dont la vitrine aurait été vandalisée par des membres de groupuscules d'extrême-droite, a tenu à réaffirmer sa détermination face à l'implantation de ces groupes : "Le Vieux-Lyon ne sera pas aux fascistes. Il ne l'a jamais été."

*CGA, PG, YDG, Jeune Garde, NPA, Ras L’Front, Planning Familial, JC, CNT, Ensemble 69 !, FSU, Solidaires Etudiant-e-s, Lesbian and Gay Pride Lyon, Pink Bloc Lyon, Unité Communiste Lyon, ATTAC, Alternative Libertaire Lyon, CGT Educ'Action, CGT Vinatier, Agir pour l’Égalité, CSPG, Sud Educ, CLA01, LDH, Justice & Libertés (Strasbourg-67), MJC Vieux-Lyon...
à lire également
Pas d'image
Lors d'un concert organisé dans un bar du quai Arloing, une bagarre entre antifascistes et militants d'extrême droite a éclaté. Huit personnes ont été interpellées par la police. En marge du concert "no racism, no sexism, no fascim" organisé au bar RockNEat du quai Arloing, une violente rixe a eu lieu entre militants antifa et […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut