La Grande Roue en 2012
©Lyon capitale

Lyon : la ville condamnée pour les nuisances de la grande roue place Bellecour

La ville de Lyon va devoir verser 12 000 euros à une habitante de la place Bellecour pour les préjudices physiques et psychologiques causés par la grande roue durant les hivers 2012, 2013, 2014 et 2015.

Dans un jugement rendu ce 23 décembre, le tribunal administratif de Lyon a validé la demande d'indemnisation présentée par une riveraine de la place Bellecour. Celle-ci a fait valoir les préjudices physiques et psychologiques subis du fait de l’installation de la Grande Roue 100 jours par an. “Le tribunal a constaté que les troubles occasionnés par la «  Grande roue  » (installée 100 jours par an, fonctionnant sur de larges amplitudes horaires et comportant un important dispositif lumineux) excédaient ceux qu’un riverain du domaine public doit normalement supporter et étaient, en conséquence, de nature à engager la responsabilité sans faute de la commune”, écrivent les juges.

“Après avoir pris en compte l’ensemble de ses préjudices personnels, constitués aussi bien des souffrances physiques et morales que des troubles dans ses conditions d’existence”, le tribunal a condamné la commune de Lyon à verser à la requérante la somme de 12 000 euros.

Cette condamnation répare les préjudices subis lors des hivers 2012, 2013, 2014 et 2015.

2 commentaires
  1. Michel Raffin - jeu 24 Déc 20 à 16 h 24

    Jusqu'où peut aller la bêtise humaine ? Habiter place Bellecour et ne vouloir aucune nuisance ! Je propose à cette bourgeoise lyonnaise d'aller habiter aux Minguettes, là-bas il n'y a pas de roue, pas de pollution lumineuse........

  2. vivrensemble - ven 25 Déc 20 à 2 h 41

    Et les riverains qui ont des bars à bière en bas de chez eux avec les grosses terrasses qui ferment à 2h du mat doivent également porté plainte ? Et ceux qui habitent à proximité des spots de musiciens de rue amplifiés ou du marché qui s'installe à 5h du matin ? Et ceux qui habitent en bordure de périphérique ? Il faut avoir les moyens de faire valoir ses droits à la tranquillité. Les lumières c'est désagréable mais avec un volet ou rideau à la tombée de la nuit, c'est vite réglé alors que les beuglements tous les jours de la semaine ainsi que le week-end jusqu'à 2h du matin, c'est plus difficile surtout durant la canicule lorsqu'il faut fermer les fenêtres pour moins subir le bruit. Et puis le matin, c'est 7h50 même pendant vos vacances car l'employé nettoie sa terrasse avec un appareil électrique ou c'est l'agent municipal avec son compresseur même si la place est propre. Et si la ville de Lyon commençait déjà à réfléchir à un plan de lutte contre les nuisances sonores ?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut