Ecole Victor Hugo
©A Patalacci

Lyon : Jamais sans Toit appelle au rassemblement

Le collectif appelle au rassemblement aujourd’hui à Lyon, afin d’interpeller les parlementaires et le Gouvernement sur “la situation dramatique des enfants scolarisés qui n’ont pas de logement décent”. Les occupations d’écoles se poursuivent, près de deux semaines après le début du mouvement.

Ecole Victor Hugo, écoles occupées, novembre 2014

©A Patalacci

Jamais sans Toit est loin d'être résigné. Le collectif appelle au rassemblement aujourd'hui à 14h, devant les grilles de l'école Charles-Péguy, 65 boulevard des Etats-Unis dans le 8e arrondissement lyonnais. Jamais sans Toit souhaite "interpeller les parlementaires et le Gouvernement sur la situation dramatique vécue par de nombreuses familles lyonnaises, en ces périodes de froid hivernal".

Visite parlementaire à l’école Charles-Péguy

Cette décision fait suite à "l'étonnement des enseignants mobilisés" sur la venue de parlementaires à l'école Charles-Péguy afin de s'assurer du fonctionnement du dispositif REP+ (réseau d'éducation prioritaire mis en place dans certaines écoles, pour encourager les nouvelles techniques pédagogiques et améliorer les conditions de travail des enseignants), alors même que l'école Jean-Giono, occupée depuis le 20 novembre, est aussi concernée par ce dispositif.

Pour le collectif, apporter des moyens à l'éducation prioritaire est nécessaire, mais "il est indispensable que les enfants scolarisés soient logés décemment".

Les écoles sont toujours occupées

Près de deux semaines après le début du mouvement, certaines écoles sont toujours occupées par les enseignants, parents d'élèves et familles sans logement décent. Les écoles Jean-Vilar (Vaulx-en-Velin), Gilbert-Dru (Lyon 7e), Jean-Giono (8e), Paul-Painlevé (3e) et Victor-Hugo (1er) sont ainsi concernées.

Une délégation avait été reçue par Gilbert May-Carle le 27 novembre dernier, et le directeur départemental de la cohésion sociale s'était engagé à trouver des solutions d'hébergement. D'après le collectif, celles-ci se révèlent "insuffisantes". Jamais sans Toit dénonce également le "jeu de ping-pong" démarré entre les collectivités départementales et la préfecture, qui "ne vise qu'à dissoudre les responsabilités de chacun".

Dessins Ecole Victor Hugo, écoles occupées, novembre 2014

©A Patalacci

“M. Collomb est plus intéressé par sa Fête des lumières”

Soutenu par les professionnels de l'urgence sociale, qui se déclarent touchés "par une crise dramatique", Jamais sans Toit espère obtenir au plus vite un entretien avec Gérard Collomb, président du Grand Lyon. Si le collectif regrette que ce dernier soit "plus intéressé par sa Fête des lumières", Jamais sans Toit espère convaincre le maire de Lyon de mettre à disposition des familles les nombreux logements vacants recensés sur Lyon.

Faire défiler vers le haut