(Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Lyon : dix soignants des HCL et cinq pompiers du Rhône en mission aux Antilles

En réponse à l'appel du ministre de la Santé, plusieurs soignants et sapeurs-pompiers rhodaniens se sont mobilisés. Ils sont partis mardi 10 août épauler les centres hospitaliers de Guadeloupe et de Martinique.

"Je fais appel à la solidarité nationale des nos soignants de Métropole pour venir en aide aux hôpitaux ultramarins et notamment de Martinique ou de Guadeloupe qui font face à une vague épidémique très intense", a déclaré Olivier Véran dans une vidéo publiée sur son compte Tweeter dimanche. Les deux régions d'Outre-mer sont confrontées à une forte augmentation des cas de Covid-19 et se trouvent dans une situation alarmante. Mardi 10 août, la Guadeloupe est entrée dans une forme de confinement qui rappelle celui du printemps 2020 : les commerces, sauf alimentaires, sont fermés, une attestation est nécessaire à partir de 20 heures et en cas de déplacement à plus de 10 kilomètres de son domicile, etc. En Martinique, le début du couvre-feu est fixé à 19 heures et l'attestation de sortie est exigée au-delà d'un kilomètre de chez soi.

Pour répondre aux besoins hospitaliers, le ministre de la Santé a appelé les volontaires de l'Hexagone à renforcer les rangs des personnels médicaux en Outre-mer. Ainsi, "dès mardi partira de la Métropole un premier avion avec à son bord des dizaines de soignants pour venir sauver des vies dans les territoires antillais", poursuivait-il. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, 29 sapeurs-pompiers et 27 membres du personnel de santé sont à bord du vol, qui doit décoller mardi en fin d'après-midi.

Des renforts sur place

"Deux avions ont été spécialement affrétés pour l'occasion au départ de Paris", indique l'agence régionale de santé (ARS). "La réponse à la solidarité nationale est très importante et ce dispositif est exceptionnel". Il s'agit de quatorze infirmiers, six médecins, six aides-soignants et un cadre de santé en Auvergne-Rhône-Alpes, tous volontaires.

"Leurs missions sur le terrain seront a priori en lien avec leurs compétences initiales et en fonction des besoins sur place", poursuit l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes. Pas d'opération de vaccination de grande envergure en vue : leur rôle est de désamorcer la tension hospitalière en apportant des bras supplémentaires dans la gestion de l'épidémie. La Préfecture du Rhône confirme la teneur de leur tâche, "venir prêter main-forte, au regard des taux d'hospitalisation, au personnel hospitalier".

Dix soignants des HCL et cinq sapeurs-pompiers du Rhône ont quitté Lyon ce matin, pour rejoindre la capitale où leur avion les attend. Ils doivent passer quinze jours sur place. L'opération est coordonnée à la fois par le centre interministériel de crise, le ministre de l'Intérieur, les commissions centrales de sécurité, les préfectures et ARS régionales. "De plus, du matériel est acheminé depuis plusieurs semaines vers les Antilles pour faire face à cette vague, et ces envois de matériel se poursuivent en parallèle", ajoute l'ARS.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut