Bibliothèque de la part-dieu © Tim Douet 0024

Lyon : comment les pickpockets travaillent en équipe pour voler

Loin d'être des individus isolés, plusieurs équipes de pickpockets agissent actuellement sur des secteurs majeurs à Lyon comme la Part-Dieu, Perrache, Hôtel de ville ou Bellecour. Comment travaillent-ils en équipe pour cibler et voler leurs victimes ? Quelles sont leurs méthodes ?

Depuis plusieurs semaines, des équipes de pickpockets travaillant par trois ou quatre, sillonnent les points névralgiques de Lyon et utilisent un mode opératoire très réfléchi. La méthode ne varie pas, ils se rendent à des endroits très passants comme la Part-Dieu, Perrache, Hôtel de ville ou Bellecour. Un premier individu, essentiellement des jeunes femmes, se place à proximité d'une borne TCL ou d'un distributeur de billets. Il effectue alors un repérage en fonction de l'âge ou de l'origine des potentielles victimes, les touristes étant ciblés davantage, étant moins précautionneux avec leur sac, et dont les plafonds de carte bleue sont souvent plus élevés. Ce premier individu va alors tout faire pour voir le code secret de carte bleue lorsque la cible le tape sur la borne ou le distributeur. S'il parvient à avoir les quatre chiffres, il donne alors le signal à un deuxième complice qui va tout faire pour récupérer la carte.

Son rôle est de parvenir à voler le portefeuille de la cible pour obtenir la carte, pouvant suivre la victime dans le métro, tramway, profitant des escalators ou de la montée / descente dans les transports en commun pour parvenir à ses fins. Une fois le portefeuille volé, il va le transmettre à un troisième complice pour ne pas se faire repérer et arrêter avec l'objet du larcin. Un quatrième complice peut parfois récupérer à son tour l'objet du vol. Le dernier qui est en possession du portefeuille a pour mission d'effectuer un retrait d'argent important. L'intégralité de ces actions se déroule très rapidement. Du repérage au retrait, il leur suffit d'une dizaine de minutes, la victime ne se rendant pas toujours compte du vol ou n'a pas encore faire opposition à sa carte bleue.

Quelles sont les parades ?

La première parade pour ne pas être victime de ce type de vol reste de faire attention lorsque l'on tape son code de carte bleue, de ne pas hésiter à changer de borne TCL si besoin et de s'assurer que personne ne puisse le voir. Une fois que les pickpockets repèrent le code, ils tenteront de voler la carte à tout prix. Du côté du réseau TCL, on met également en place des parades. "Nous travaillons avec des équipes de police très spécialisées, ils viennent à nos PC, utilise nos vidéos, l'idée est de pouvoir traiter les flagrants délits, mais aussi de pouvoir arrêter les bandes organisées, les sanctions sont plus lourdes quand les vols sont commis par des groupes de plusieurs individus", indique Patrick Aujogue, directeur sécurité chez Keolis Lyon. Pour détecter ces groupes, Keolis développe également la vidéo embarquée à l'intérieur des métros, "ça nous permet de suivre à l'intérieur des rames ce qui se passe, d'identifier voleurs et voleuses", poursuit Patrick Aujogue, "On fait des annonces sonores dès qu'on repère des équipes et on invite les passagers à faire attention aux pickpockets en temps réel". L'information reste la clé, plus de personnes étant au courant de ces méthodes ou de la présence de pickpockets sur le réseau TCL, plus les cibles potentielles se feront rares. Ainsi, lorsqu'une annonce est effectuée dans le tram ou le métro, elle est loin d'être anodine.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut