Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet

Lyon : certains tarifs Rhônexpress vont baisser le 6 novembre

En reprenant l'exploitation de la navette Rhônexpress entre Part-Dieu et l’aéroport Lyon-Saint-Exupery, le Sytral a voté une baisse de certains tarifs à partir du 6 novembre prochain, même si à cause de la crise du Covid-19, le grand public n'est pas encore cerné.

Lors du Comité syndical du Sytral qui s'est tenu ce lundi 19 octobre matin, les élus ont voté une baisse de 50 % des tarifs actuels du Rhônexpress pour les salariés de l'aéroport Saint-Exupery. Cette décision sera effective le 6 novembre prochain à minuit, date à laquelle le Sytral reprendra effectivement le contrat d’exploitation et de maintenance de la navette entre Part-Dieu et Saint-Exupéry. Désormais, le billet aller-retour sera de 5€ au lieu de 10,10€. “Cette réduction tarifaire vise à promouvoir l’utilisation des transports publics en offrant une solution de déplacement efficace, économiquement avantageuse et une réelle alternative à la voiture individuelle à destination des 5 650 salariés de la plateforme aéroportuaire. 28 000 voyages supplémentaires sont ainsi attendus en 2021, soit une augmentation de 30 %”, indique le Sytral dans un communiqué.

De nouvelles réductions seront proposées lors d’un prochain Comité syndical notamment pour les 12-25 ans et les voyageurs en possession d’un billet SNCF au départ ou à destination de la gare TGV de Lyon-Saint-Exupéry.

Lors du dernier conseil de la métropole début octobre, Bruno Bernard avait dénoncé le contrat “léonin” passé par le département au moment la conclusion de l'accord avec Vinci, puis hérité par la métropole de Lyon. “Si le contrat n'avait pas été résilié, nous aurions dû dédommager Rhônexpress pour qu'ils retrouvent leur 10 % de rendement interne”, a déclaré l'élu écologiste.

Concernant les incidences financières de la résiliation, pour le moment, la fin de ce contrat, décidée par l'ancienne majorité dirigée par David Kimelfeld, coûtera environ 40 millions d'euros, a expliqué le président de la métropole de Lyon. Par ailleurs, à cause de la crise sanitaire aucune baisse tarifaire globale n'est prévue dans les prochains mois. “Nous devons prendre un peu plus de temps pour les restes des tarifs en fonction de ce qu'il va se passer dans les mois qui viennent”, avait conclu Bruno Bernard. 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut