Lyon : à quoi va ressembler la végétalisation de la rue Herriot ?

Le projet de végétalisation de la rue Edouard Herriot a été présenté au conseil municipal de Lyon. Largement critiqué lors de la consultation, car prenant la place des couloirs de bus et emplacement cyclable, le projet final ne devrait pas manquer de relancer les polémiques.

En juin, le maire de Lyon Gérard Collomb présentait un projet de végétalisation de la rue Edouard Herriot. Les voies de bus et emplacements cyclables des rues Herriot, Chenavard, de Brest et Gasparin étaient alors remplacées par des bacs en bois accueillant plantes et arbustes. L'espace dédié à la voiture était largement préservé, seules 24 places de stationnement sur les 180 présentes. Immédiatement, ce projet a entraîné de nombreuses réactions hostiles. La ville à vélo y voyait une initiative qui "met en danger les cyclistes", tandis que certains se sont inquiétés du sort des 5 000 voyageurs des lignes S1 et 27 qui profitent de ce couloir de bus. Lors de la concertation publique sur la plateforme Civocracy, la volonté de végétaliser a été bien accueillie, mais de nombreuses voix se sont élevées contre l'orientation du projet et le sacrifice des couloirs de bus et espace dédié aux vélos. Au final, cette concertation n'aura quasiment rien changé au projet.

Une petite avancée, mais les mêmes problèmes de base

Présenté lors du conseil municipal du 1er juillet, le nouveau visuel montre toujours une végétalisation à la place des voies de bus. L'ensemble des modes de transports devront emprunter les mêmes 3,5 m de largeur de chaussée. Seule avancé dans cette zone limitée à 30 km/h, un double sens cyclable sera mis en place. Les utilisateurs de vélo (ou trottinettes) pourront donc redescendre la rue Herriot dans le sens nord / sud. 2 400 m² d'espace végétalisé seront ainsi créés dans Lyon lors de cette expérimentation, pour un budget maximal de 600 000 euros. La démocratie participative prend un sérieux coup, tant les évolutions restent mineures et les questions soulevées lors de la concertation, sans réponse.

En filigrane, le projet pourrait surtout aboutir à la création d'une large zone de conflits d'usage entre les automobilistes, livreurs, usagers de transports en commun, piétons, cyclistes et autres utilisateurs de trottinettes. Une situation qui ne pourrait satisfaire personne. De même, l'usage vélo risque de se faire plus rare sur l'artère au profit d'autres rues. D'une volonté de pacifier la ville, c'est bien tout l'inverse qui pourrait arriver rue Edouard Herriot.

Lyon  : à quoi va ressembler la végétalisation de la rue Herriot  ?

Avant la concertation (pas de vélo, que des voitures et piétons) :

Après la concertation (que des vélos et piétons, les voitures sont à l'arrêt, mais la rue sera bien emprunté par des véhicules) :

à lire également
8 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 2 juillet 2019

    Toujours amusant de constater que dans "les photos pour vendre le projet" il n'y a aucune auto, alors que dans la réalité elles seront bien là, et formeront des bouchons parce que de toute manière il y en a toujours, même sur les autoroutes !
    J'espère qu'il y a encore de "l'éducation aux médias" dans les écoles, et que cette éducation ne se limite pas aux médias d'informations, mais explique aussi "la manipulation de communication des mairies, Etat et autres collectivités" :o)

  2. philippechaumont - 2 juillet 2019

    @Abolition_de_la_monnaie : ni voitures, ni bus, ni camions en marche, ni camion de livraison à l'arrêt, ni camion poubelle... le bonheur tel que vendu dans les prospectus à la limite du mensonge...

    1. Abolition_de_la_monnaie - 2 juillet 2019

      Oui, il est grand temps de repenser les systèmes de livraison au lieu d'avoir des camionnettes en permanence de partout, aux 3/4 vides, qui roulent vite et mal. Si on veut des transports en commun gratuits, on arrête de subventionner le secteur automobile (mais ça va faire du chômage- on est toujours coincés). Idem pour les poubelles : faire réellement du "zéro déchet" comme à St Francisco en s'occupant des produits "à la source", n'est toujours pas dans les cartons de nos vieux politiciens dépassés par le monde bétonné qu'ils ont construit pour des raisons financières à court terme.

  3. vieux caladois - 2 juillet 2019

    je ne sais si c'est Lyon Capitale qui a fait les montages mais c'est très joli

  4. Space opera - 2 juillet 2019

    Il faut vite mettre plein d'arbres au bord de toutes les rues : de l'ombre et plus de pollution absorbée !

    1. Abolition_de_la_monnaie - 2 juillet 2019

      Les matières cancérigènes liées à la combustion des moteurs à explosion ne disparaîtront pas avec des arbres...
      Sans oublier qu'avec la fragilité des villes en matières d'autosuffisance alimentaire, ce serait des arbres fruitiers qu'il faudrait planter (arbres à coques ou pas).

      1. Galapiat - 2 juillet 2019

        Abo, on peut te céder des arbres à Coca tu en mâchouillera quelques feuilles pour tenter de calmer ton stress et tes hallucinations.

        1. Abolition_de_la_monnaie - 2 juillet 2019

          Vous voulez dire par là que les matières cancérigènes produites par les voitures, ça n'existe pas ? :o)
          A se demander qui vit dans la réalité...

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut