28 jeunes structures se sont installées dans la Halle des Girondins pour une période de 28 mois,avant sa transformation en pôle socioculturel. (Photo Laurence Daniäre)

Lyon 7e : un jardin et des aménagements temporaires installés à la Halle des Girondins

Destiné à devenir une "ville du quart d’heure", d’ici 2027, le quartier des Girondins, dans le 7e arrondissement de Lyon,  se dessine chaque jour un peu plus. En attendant sa configuration finale, plusieurs espaces ont été aménagés de manière temporaire afin de permettre aux habitants de s'approprier les lieux. Un jardin a été créé et une trentaine de jeunes structures ont investi l’espace du futur pôle socioculturel. 

Près de neuf ans après son lancement et à six ans de son terme, le projet de la ZAC des Girondins a bien avancé dans le 7e arrondissement de Lyon. Le nouveau quartier, installé entre le boulevard Yves Farges et l’avenue Jean-Jaurès, se dessine progressivement afin de donner naissance à ce qui doit contribuer à faire de Gerland "une ville du quart d’heure", explique Fanny Dubot la maire du 7e arrondissement. 

Petit à petit le futur quartier des Griondins se dessine aux abords de Jean-Jaurès. (Photo DR)

"L’idée c’est de dire que l’on n’a pas besoin d’avoir un centre qui concentre toutes les activités et à côté des quartiers-dortoirs, mais plusieurs centres", précise l’élue EELV. Le but de ce concept est de permettre aux habitants d’avoir accès en 15 minutes, à pied, ou 5 minutes, à vélo, à "six fonctions essentielles, comme se loger, travailler, avoir accès au soin, à l’éducation, aux loisirs et aux commerces", ajoute Fanny Dubot. Avant de préciser que la place Vaclav-Havel, futur coeur du quartier des Girondins, est en train, petit à petit, de se muer en l’un de ces centres. 


"L’idée c’est de dire que l’on n’a pas besoin d’avoir un centre qui concentre toutes les activités et à côté des quartiers-dortoirs, mais plusieurs centres".  

Fanny Dubot, maire du 7e arrondissement


La rue des Girondins, non loin de l'arrêt de métro Jean-Jaurès. (Photo Laurence Daniäre)

Un jardin éphémère

Toutefois avant sa finalisation, en vue de laquelle une concertation vient d’être lancée, cet espace fait l’objet d’aménagements temporaires, afin de permettre aux habitants du quartier de se l’approprier. 

Depuis le 1er avril, un jardin public a ainsi ouvert ses portes aux abords de la Halle des Girondins. À la demande du groupe Serl, chargé de l’aménagement du quartier, la coopérative Plateau urbain a créé un espace éphémère, pouvant accueillir des événements, mais où les habitants peuvent aussi venir pique-niquer, ou encore profiter de terrains de pétanque. 

Des terrains de pétanque ont été temporairement aménagés dans le jardin situé devant la Halle des Girondins. (Photo Laurence Daniäre)

Des produits de saison cultivés aux Girondins

L’organisme Ma Ville verte a également investi les lieux en créant un potager géant, de près de 800 m2, afin de vendre des légumes de saison aux résidents des Girondins. Matthieu Arar, le directeur technique de l’organisme explique que "dès que l’on récolte on fait un marché hebdomadaire, le mardi soir". Une initiative qui séduit les habitants depuis sa mise en place il y a un an, "les gens sont au rendez-vous, se félicite le représentant de Ma Ville verte. On a des personnes qui ont connu Gerland quand il y avait encore les usines et puis il y a des habitants qui viennent d’arriver et qui découvrent le quartier." Un brassage social qui contribue à la construction d’une vie de quartier au sein des Girondins. 

Un potager de presse 800 m2, géré par Ma Ville verte, a été installé le long du jardin éphémère. (Photo Laurence Daniäre)

La Halle des Girondins un tremplin professionnel 

Le long de ce jardin éphémère, amené à devenir un écrin de verdure, la Halle des Girondins attend patiemment sa transformation en pôle socioculturel. En amont du chantier, la Serl a confié son aménagement temporaire au Plateau urbain, qui, depuis le mois de juin 2020, a permis à 28 jeunes structures d’investir les lieux, pour une durée de 18 mois. Aurélia Thomé la coordinatrice du site, pour Plateau urbain, explique que "l’idée était d’occuper cet espace vacant et de le mettre à disposition (au prix des charges) de structure qui ne trouvent pas leur place en ville, mais qui pour autant son essentielles, comme les artistes ou encore les artisans". 


"Une soixantaine de candidats se sont manifestés, pour une vingtaine d’espaces de travail disponibles.Aurélia Thomé, coordinatrice, pour Plateau Urbain, de la Halle des Girondins


L’engouement pour investir ce lieu de travail temporaire n’a pas tardé et assez rapidement "une soixantaine de candidats se sont manifestés, pour une vingtaine d’espaces de travail disponibles", souligne Aurélia Thomé. Et la non-pérennité du lieu n’inquiète pas plus que cela les différentes personnes qui s’y sont installées, qui voient cette opportunité comme un tremplin pour leur activité.

28 jeunes structure se sont installées pour 18 mois au sein de la Halle des Girondins. (Photo Hadrien Jame)

Pour Hafid et Antoine, deux créateurs de décors qui ont travaillé sur la Biennale de la danse ou encore le festival Sens interdit, cet aménagement éphémère de la Halle les a aidés à lancer leur société, l’Atelier Les Zinks. "Cela nous a permis de nous associer et même si le lieu n’est pas pérenne, il nous donne la possibilité de découvrir si l’on arrive à travailler ensemble. C’est aussi l’opportunité de rencontrer des professionnels d’autres disciplines, qui sont installés à côté de nous et d’échanger. Ça nous a ouvert d’autres possibilités. Avant on ne faisait que du spectacle et là on a pu travailler avec Ma Ville verte sur leur escape game, par exemple", expliquent les deux amis. Selon Aurélia Thomé "au moins six structures de la Halle ont collaboré sur ce projet", de quoi laisser imaginer ce que permettra le futur pôle socioculturel. 

L'Atelier Les Zinks est l'une des structures installées au sein de la Halle des Girondins. (Photo Hadrien Jame)

Lire aussi : Lyon 7e : une concertation pour penser l’avenir de la place Vaclav-Havel, aux Girondins

Faire défiler vers le haut