université Lyon 2

Lyon 2 : environ 30 % d’étudiants étrangers en moins

L’automne dernier, le gouvernement décidait d’augmenter les frais de scolarités pour les étudiants étrangers. L’université Lumière Lyon 2 constate aujourd’hui les effets de cette hausse avec environ 30 % d’étudiants inscrits en moins pour la prochaine rentrée.

À la suite de la décision du gouvernement d’augmenter les frais d’inscription pour les étudiants étrangers extracommunautaires, une baisse importante du nombre d’étudiants issus des pays africains francophones a été constatée à l’université Lumière Lyon 2. “D’après les chiffres d’avril de l’année dernière, on a observé une forte diminution d’inscription de la part d’étudiants algériens. C’est la baisse la plus importante qu’on a constatée. On observe aussi cela pour les étudiants sénégalais, ivoiriens, burkinabés, beaucoup de pays de l’Afrique francophones sont concernés”, explique Jim Walker, vice-président de l’université Lumière Lyon 2 en charge des relations internationales. Selon lui, ce plan gouvernemental a pour objectif de rendre les universités françaises plus attractives. “La position du gouvernement et du ministère de l’Enseignement supérieur, c’est de générer des recettes, ils pensent que certains publiques étranger ont l’habitude de payer des frais des scolarités dans leur pays natal, et que culturellement parlant ils ne seront pas étonnés de payer des frais en France”, explique-t-il. Cependant début février, c’est une baisse de 39 % des inscriptions qui était constatée et pas seulement pour les pays africains francophones. “Quelque part, c’est plutôt cohérent, cela laisse imaginer que le prix n’est pas un facteur d’attractivité”, déclare Jim Walker.

Un nouveau marché étudiant

Le prix de la licence est passé de 170 € à 2770 € , le prix du master de 243 € à 3770 € et pour un doctorat le prix qui était à l’origine de 380 € atteint maintenant 3770 €. Le ministère de l’Enseignement pense que la hausse des frais d’inscription améliora l’image des universités françaises à l’étranger. Il espère ainsi attirer un nouveau profil d’étudiant. « Je ne sais pas si l’on peut en parler de cette manière, mais c’est un nouveau marché étudiant qui est en train de se construire. Par exemple avec ces augmentations ils pensent attirer des étudiants de la classe moyenne chinoise ou des étudiants indiens. D’une certaine manière, on tourne le dos à nos partenaires africains francophones”, déclare Jim Walker désabusé par la situation. Pour lutter contre cette hausse ou du moins la repousser, l’université Lyon 2 a exercé son droit d’exonérer 10 % des étudiants des frais de scolarités à hauteur de 90 %. Cela devrait permettre aux étudiants étrangers extracommunautaires de ne pas subir l’augmentation des frais d’inscriptions à la rentrée 2019/2020.

Un nouveau décret concernant cette hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers vivant en dehors de l'Union européenne est en préparation selon Jim Walker. Certains aspects seront sûrement modifiés, mais le ministère de l’Enseignement supérieur ne compte pas revenir sur sa décision.

Lyon 2  : “Les étudiants sénégalais ou burkinabés, on ne les verra plus”

1 commentaire
  1. JANUS - 20 mars 2019

    Il faut se rendre à l'évidence, la Start up Nation de Macron n'est plus celle de Giscard, De Gaulle ou même Pompidou !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut