Logement social : Lyon forme ses gardiens d'immeuble au droit pénal

Ils sont 3000 environ dans le Rhône. Des gardiens d'immeuble de logements sociaux, démunis la plupart du temps face à des situations relevant plus de la justice ou de la police survenant dans leurs résidences. Pour faire face à ces situations, ABC HLM, association qui gère 140 000 logements sociaux dans le Rhône, publie cet automne un guide sécurité et tranquillité publique et distribue deux journées de formation à ses personnels. Un observatoire des actes d'incivilité pourrait aussi voir le jour en 2013. Explications.

Comment en est-on arrivé là ? Le président de l'association ABC HLM qui fédère 80 % du parc social du Grand-Lyon (140 000 logements, 300 000 personnes), Daniel Godet, affirme que les incivilités sont devenues la règle aujourd'hui dans les immeubles sociaux, et non plus l'exception, comme il y a vingt ans. "Avant c'était l'exception, regrette le directeur de Grand Lyon Habitat. Aujourd'hui le rapport s'est inversé. Des situations se sont installées, et si l'on n'y prend pas garde des "groupes durs" peuvent mener la vie dure à leur voisinage".

Le directeur de Grand-Lyon Habitat cite en exemple l'histoire de cette gardienne d'immeuble à Lyon, bousculée par un groupe de jeunes récemment et qui prend le risque de déposer plainte. Harcelée par la suite par les jeunes, son employeur a été forcé de la muter pour la protéger. Ces "groupes durs" comme Daniel Godet les appelle "connaissent très bien les limites de l'action des bailleurs, "ils en jouent". Aussi les bailleurs ont décidé de se doter de nouveaux outils pour protéger leur personnel.

Déjà en 2001, les bailleurs du Rhône, réunis au sein d'ABC HLM (140 000 logements, 300 000 locataires) se rapprochent des policiers en signant une première convention, renforcée en 2009. Par la suite, les rapports entre les bailleurs et les forces de police se développent, des liens se tissent via les conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLS) et par le biais des unités territoriales de quartier (UTEQ).

Aujourd'hui, les gardiens et globalement les salariés des bailleurs sociaux passent un cap à Lyon. Ils seront désormais formés aux procédures pénales à travers un guide très instructif co-édité avec la préfecture de police et deux journées de formation annuelles, via les cadres de leurs directeurs d'agence, seront organisés à l'hôtel de police de Lyon. Le but étant de comprendre comment réagir vite et bien en cas d'incivilités commises dans leurs immeubles afin de ne pas laisser s'installer de situations qui peuvent par la suite devenir problématiques.

Ce mercredi, 40 salariés des bailleurs sociaux du Rhône suivaient ainsi une journée de formation à l'hôtel de police de Lyon 3e, directement délivrée par des membres du parquet (justice) et de la police nationale. Les professionnels du Ministère public et de la DDSP leur donnaient des rudiments en droit pénal afin qu'ils connaissent leurs droits et aussi ceux de leurs locataires en cas d'incivilité. Une autre journée de formation se tiendra le 26 octobre. Le but étant aussi de se connaître, d'identifier les bons interlocuteurs à appeler en urgence en cas de problème. A la Duchère, la mise en place de la nouvelle Zone de sécurité prioritaire facilitant d'autant plus la communication entre les services. En janvier, un kit-outil sera ensuite distribué aux 3 000 gardiens du Rhône.

Enfin, les bailleurs réfléchissent à la mise en place d'un observatoire des faits d'incivilité sur le modèle de celui créé à Lille en 2005 (voir ici). Le but étant d'avoir "un référentiel commun pour être à l'unisson sur les modalités d'intervention y compris en terme de perception du sentiment de tranquillité publique", affirme Daniel Godet. Des contacts seront pris dans les prochains mois avec l'association O2T à Lille qui gère le dispositif pour savoir si celui-ci est transposable dans le Rhône et à quelle échelle. En 2011, 55 plaintes de gardiens ont été déposées en zone police dans le département, bien peu au regard de ce que vit la profession au quotidien selon Daniel Godet qui aspire à améliorer la condition des gardiens et des locataires d'immeubles sociaux à l'avenir.

à lire également
La Duchère © tim douet_006
Selon le fournisseur d'énergie Dalkia, 1 630 logements ont pu avoir du chauffage et de l'eau chaude ce samedi soir. Mais la fuite à l'origine de l'interruption du réseau pour 2 000 logements à La Duchère dans le 9e arrondissement de Lyon n'a toujours pas été localisée. 
2 commentaires
  1. Jean - 13 octobre 2012

    Et il paraît que la délinquance n'augmente pas. Ah ah.

  2. FOurs - 19 octobre 2012

    Il faut vivre cela du dedans, les bailleurs sociaux ont laissé faire et se détériorer les situations comme s'ils n'étaient pas concernés. Les gardiens et les habitants se trouvent pris en otage. Il serait temps qu'ils se réveillent et agissent. Il en va aussi de la santé des quartiers. Les citoyens doivent avoir droit de citer, pas les délinquants ! Mais que dis-je ? c'est encore un leurre pour faire croire qu'on gère la situation devenue impossible…

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut