Livraison en ville
Livraison en ville @Tim Douet

Livraisons en centre-ville : bientôt la fin des bouchons ?

D’après une étude de la CCI, les livreurs de centre-ville restent stationnés en double file dans près de 60 % des cas, entraînant des difficultés de circulation. Des solutions vont être étudiées pour fluidifier le dépôt des 4,5 millions de cartons de marchandises chaque année, rien qu’en Presqu’île.

12 500, c'est le nombre de livraisons effectuées chaque semaine pour alimenter les commerces de la Presqu'île, entre l'hôtel de ville et Perrache, soit environ 6 livraisons hebdomadaires pour les 2 071 commerçants du secteur. En termes d'emballages, les chiffres sont encore plus impressionnants avec 85 739 cartons livrés en moyenne chaque semaine, soit près de 4,5 millions par an.

57 % des livraisons en double file

Mais voilà, chacune de ces livraisons a beau durer moins de 20 minutes, le flux est tel que la circulation dans le secteur est fortement perturbée. En effet, d'après une étude menée par la chambre de commerce et d’industrie (CCI), en partenariat avec le Grand Lyon, la mairie et la chambre des métiers et de l'artisanat, 57 % des véhicules de livraison s'arrêtent en double file, quand moins d'un camion sur cinq utilise une place réservée à la livraison. D'après l'enquête, les places de livraison feraient défaut : dans 43 % des cas, il n'y en aurait pas à proximité du magasin, et dans 30 % des cas elles seraient déjà occupées par une voiture.

Pour l’instant, les commerçants ne changent pas leur habitudes

De nouvelles pistes sont donc explorées pour faciliter les livraisons et fluidifier la circulation. Mais, si 9 commerçants sur 10 affirment rencontrer des problèmes en lien avec la livraison, tous ne semblent pas prêts à changer leurs habitudes. Parmi les propositions évoquées : la mutualisation des livraisons, à laquelle plus de trois commerçants sur quatre sont opposés. C'est encore pire en ce qui concerne la possibilité de livraisons déportées, c’est-à-dire sur un site différent de celui du magasin (éventuellement en espace partagé) : 93 % des commerçants du secteur ne veulent pas en entendre parler, craignant un manque de confidentialité.

En octobre et novembre, la CCI organisera des groupes de concertation auxquels participeront commerçants, transporteurs, collectivités et experts, afin d'identifier des pistes d'amélioration pour les livraisons en ville.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut