tunisie

Les Tunisiens appelés aux urnes pour les présidentielles

Ce dimanche, les tunisiens sont appelés à se rendre aux urnes. Pour la première fois dans l'histoire du pays, les élections présidentielles sont libres.

tunisie ()

"C'est un jour historique", a tweeté Karima Souid, la députée à l'Assemblée nationale constituante de Tunisie (parti Al Massar). En effet, plus de 5 millions de personnes sont appelées aux urnes ce dimanche, pour élire le premier président de l'après Ben Ali. Ce sont les premières présidentielles libres dans l’histoire du pays.

Béji Caïd Essebsi, le chef du parti anti-islamiste Nidaa Tounès, est donné en favori. Son principal concurrent est le président sortant : Moncef Marzouki, qui avait pris la tête de l'Etat fin 2011 à la suite d'un accord de coalition avec les islamistes d'Ennahda. 25 autres candidats sont en lice pour ces élections. Parmi eux : la figure de la gauche radicale (Hamma Hammami) et la magistrate Kalthoum Kannou, la seule femme en lice. Les islamistes d'Ennahda, pour leur part, ont décidé de ne soutenir aucun candidat.

Présidentielles Tunisie novembre 2014

Le résultat pourrait ne pas être connu

Contrairement à la France, les résultats pourraient ne pas être connus immédiatement à l'issue du vote. L'instance électorale (ISIE) a jusqu'au 26 novembre pour les annoncer. Si aucun des candidats n'obtient la majorité absolue, un second tour se tiendra fin décembre. Le vainqueur sera appelé à présider la Tunisie pendant cinq ans avec un mandat renouvelable une seule fois.

Des dizaines de milliers de policiers et de militaires ont été déployés, par crainte d'attentats jihadistes. En effet, en 2013, la Tunisie avait été malmenée par des attaques meurtrières de groupes jihadistes contre les forces de sécurité, à la frontière algérienne particulièrement.

à lire également
Pas d'image
Afin de soutenir le tourisme mis à mal dans son pays depuis l’attaque à Sousse, un Tunisien a eu l’idée de montrer des images d’attentats perpétrés à Paris, Londres ou Madrid, avec le message : “Cesseriez-vous d’aller visiter ces villes ?” La campagne est devenue virale sur les réseaux sociaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut