Gérard Collomb rentrée 2014 bureau mairie
© Tim Douet

Les réponses insolites des politiques pour le Salon des Entrepreneurs

A l’ occasion du Salon des Entrepreneurs, Thierry Braillard, Gérard Collomb, Jean-Jack Queyranne, Laurent Wauquiez, Hervé Gaymard, Georges Fenech, Karine Dognin-Sauze et Christophe Boudot se sont prêtés au jeu des devinettes en répondant à quelques questions.

Dans vos rêves les plus fous, quel métier auriez-vous aimé exercer ?
C’est Gérard Collomb le plus comblé de tous avec son rêve le plus fou d’être « Président de la Métropole ». Christophe Boudot surprend avec son rêve d’être « trompettiste ou conservateur du patrimoine ». Laurent Wauquiez se rêve pour l’occasion « dirigeant d’une start-up ». Qu’aurait-il répondu s’il assistait au Salon de l’Agriculture ? Jean-Jack Queyranne, « astrophysicien » ? Il faut savoir viser haut, on lui accorde. Georges Fenech remporte la Palme du rêve le plus fou pour son rêve de « metteur en scène ».

Quelle est l’entreprise française dont vous aimeriez être le créateur ?
Thierry Braillard qui avoue avoir caressé le rêve de footballeur professionnel, aurait aimé avoir créé « Amaury Sport Organisation ». Pour Jean-Jack Queyranne, c’est « Publicis », et Laurent Wauquiez se voit à la tête d’ « une ou plusieurs belles PME familiales et dynamiques »… Gérard Collomb quant à lui aurait aimé créer « une entreprise de production dans le secteur des biomatériaux ». Mais c’est Karine Dognin-Sauze, la 13ème vice-présidente de la Métropole qui fait rêver avec « Le Cirque du Soleil ».

La fonction de chef d’entreprise est-elle compatible avec l’exercice d’un mandat politique ?
Oui pour Karine Dognin-Sauze, Jean-Jack Queyranne et Georges Fenech qui rappelle « que la culture d’entreprise fait cruellement défaut à la classe politique ». Difficilement pour Thierry Braillard, Christophe Boudot, Laurent Wauquiez et Gérard Collomb, qui reconnait que « les lois votées seraient plus en phase avec les besoins des entreprises ». Seul Hervé Gaymard répond que non les fonctions ne sont pas compatibles, se référant à son mandat parlementaire.

à lire également
David Kimelfeld engrange de nouveaux soutiens avec l’annonce, ce jeudi, d’un partenariat avec les élus du groupe Synergies. Le nouveau mode de scrutin affaiblit leurs poids politique mais permet au président de la métropole de s’appuyer sur des élus bien ancrés sur l’une des circonscriptions les plus indécises.
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut