fleurs

Les herbiers de Lyon 1 : un trésor végétal insoupçonné

L'université Claude Bernard Lyon 1 fête ses 40 ans. Pour l'occasion, les collections des herbiers de Lyon 1 seront ouvertes au public du 16 au 21 mai et exceptionnellement ce samedi à l'occasion de la 7e nuit des musées. Deuxième collection de ce type derrière celle d'Harvard, elle attire les chercheurs du monde entier.

Les herbiers de l'Université Claude Bernard s'installèrent sur le campus de la Doua en 1971 dans un bâtiment qui leur est entièrement dédié. Répartis sur trois niveaux de 750m² chacun, ce sont 4.400.000 échantillons qui y sommeillent. Ils se partagent entre végétaux et champignons, ces derniers représentant 30 000 spécimens. Au fil des allées, on tombe sur bon nombre de plantes à fleurs mais aussi des espèces rares telles que les coco-fesses des Seychelles, une colchique du sud de la France aujourd'hui éteinte ou encore des végétaux de l'île de Robinson.

La plus grosse acquisition jamais faite est une donation de Roland Bonaparte, petit neveu de Napoléon 1er en 1925. A l'origine, il souhaitait en faire don au Museum d'histoire naturelle de Paris mais, par manque de place, c'est à Lyon que ce cadeau de 3 millions d'échantillons a atterri. Le directeur de l'herbier, Georges Barale, parle d'une arrivée en train avec "22 wagons pour transporter les plantes et les meubles d'origine qui ont été conservés".

Au service de l'avancée scientifique

Ces collections ont pour vocation principale la recherche. Des scientifiques du monde entier travaillent sur les herbiers de Lyon 1. Quinze chercheurs préparent actuellement des thèses. La moitié vient des États-Unis, les autres sont européens russes, chinois... Ils consacrent leur étude à une partie de l'herbier : "ils peuvent explorer un genre, une famille ou encore une espèce" précise M.Barale. "Ils se consacrent à tous types de disciplines. Botanique, écologie, phytochimie ou encore biologie de la conservation de plus en plus." Outre sa fonction d'outil scientifique, ce bâtiment à l'architecture tout à fait particulière, a une valeur de patrimoine indéniable pour la ville de Lyon.

S'ouvrir au public

Une visite sera organisée samedi 14 mai lors d'une ouverture exceptionnelle dans le cadre de la Nuit des Musées de 20h à 22h30. Puis la collection sera accessible du 16 au 21 mai. Pour Georges Barale, permettre au grand public d'accéder aux herbiers, c'est "ouvrir un peu ces tours d'ivoire au monde extérieur. Par le biais de la vulgarisation, on veut atteindre le public et, à terme, souligner l'importance de ces collections pour le développement durable". En effet, ajoute le directeur des lieux, "C'est par l'étude des herbiers des siècles précédents que l'on peut se rendre compte qu'une espèce est en danger ou non."

---------

Visite des collections botaniques et mycologiques

Du 16 au 21 mai 2011 de 10h à 12h et de 13h à 17h.

Bâtiment l'Herbier, salle d'expographie n°1 (sous-sol)

Campus de la Doua - 9 rue Dubois 69100 Villeurbanne

04 72 43 15 59

à lire également
ENTRETIEN – De retour du ministère de la Transition écologique et solidaire où il a présenté la future zone interdite à certains véhicules polluants, David Kimelfeld a répondu aux questions de Lyon Capitale. Le président de la métropole dévoile ses grandes orientations, plaçant le réchauffement climatique, la qualité de vie et le social au cœur des enjeux. Sa réaction au retour de Gérard Collomb ? “Il n’y a aucune raison qu’on ne travaille pas ensemble.”
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut