Les enseignants de Vénissieux ne sont pas des clowns

Les profs du collège Paul Eluard étaient en grève jeudi 4 mars pour protester contre la suppression d'heures alors que l'établissement accueille chaque année de plus en plus d'élèves. Les enseignants ont ainsi manifesté devant l'inspection d'académie jeudi après-midi avant d'y être reçus la semaine prochaine.

Ambiance festive, nez rouges et slogans criés à tue-tête. Malgré les apparences, les enseignants du collège Paul Eluard à Vénissieux situé dans le quartier des Minguettes ne sont pas là pour rigoler. Preuve en est des slogans pince sans rire « ED, Education discount, on nous prend pour des clowns ». Le collège Paul Eluard était bloqué à 100 % jeudi, « une première » selon Pascale Delormes, enseignante depuis 32 ans dans l'établissement. Le personnel enseignant était d'ailleurs présent durant la journée pour informer les parents et les élèves sur le mouvement. Même chose à Saint-Fons, au collège Alain.

Des dispositifs d'aides remis en cause

La raison de la colère se résume ainsi : l'année prochaine, il y aura une trentaine d'élèves en plus dans l'établissement et douze heures en moins prévues pour les enseignants. Une aberration pour Sabine Lalitte, enseignante en mathématiques et représentante du personnel au Conseil d'administration, qui ne comprend pas pourquoi on empêche aux enseignants de s'investir auprès des élèves. « Des dispositifs éducatifs ont été mis en place pour favoriser la réussite des élèves. On demande à pouvoir continuer à les faire. » Ces dispositifs, très lourds en terme de temps de préparation et de réalisation, ne coïncident visiblement pas avec la politique d'économie menée par le gouvernement. En janvier, l'inspection d'académie a donc décidé de revoir à la baisse les heures de travail individualisé.

Une volonté de s'investir dans la réussite des élèves

« On veut travailler et on ne compte pas nos heures » affirme pourtant Sabine Lalitte, « nous souhaitons d'ailleurs qu'il n'y ait pas de fuite des élèves vers le privé et je pense que l'inspection académique y sera sensible ». Contrairement au collège Elsa Triolet, l'établissement voisin, Paul Eluard n'est pas classé en « Réseau Ambition Réussite » mais seulement en Zone d'Education Prioritaire. Ce qui signifie que l'établissement bénéficie, déjà, de moyens moindres. Pascale Delormes relativise néanmoins ce manque : « Malgré les conditions parfois difficiles, c'est rassurant de voir que les nouveaux enseignants s'impliquent pleinement dans ces dispositifs ». Contactée par Lyon Capitale, l'inspection d'académie n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Une rencontre est prévue avec les enseignants de Vénissieux le 11 mars prochain.

à lire également
Commissariat de Vénissieux © Tim Douet
Six ans, deux juges d’instruction et quelques faux témoignages après le lancement de l’enquête sur l’affaire dite des ripoux de Vénissieux, le parquet a abandonné l’immense majorité des chefs d’accusation de corruption. Une seule persiste, pour des faits minimes. Pas d’affaire Neyret bis, donc. Mais une question en suspens : pourquoi avoir lancé un tel chantier judiciaire pour si peu ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut