Les éleveurs vont bloquer Lyon dès ce mercredi soir

Les éleveurs vont mener une opération de blocage des principaux axes permettant d'arriver à Lyon, dès ce mercredi à 20h30. Le blocage devrait durer 24 heures.

Les annonces de Stéphane Le Foll ne sont visiblement pas suffisantes aux yeux des éleveurs. Alors que ceux de Rhône-Alpes avaient jusqu'ici mené des actions plutôt discrètes par rapport à leurs collègues de Bretagne et de Normandie, ils entendent désormais passer à des actions plus musclées. "Les annonces d'aujourd'hui sont un premier pas mais c'est du saupoudrage, on veut une action sur les prix", a expliqué à l'AFP le président des Jeunes agriculteurs de Rhône-Alpes, Adrien Bourlez.

4 accès coupés

Les éleveurs pourraient bloquer en partie Lyon dès ce mercredi soir. Ceux qui menaient déjà des actions dans le nord de la Loire vont converger vers Lyon. La FDSEA, qui devait bloquer le site Lactalis d'Andrézieux, dans la Loire, a finalement délaissé cette option, préférant faire une démonstration de force en coupant certains accès de la troisième ville de France.

Outre le tunnel sous Fourvière, 3 autres points de blocage sont prévus, au sud de Lyon, sur l'A6 et sur l'A42 à hauteur du péage de Beynost, dans l'Ain, dès 4h jeudi matin. D'après nos informations, il s'agira de barrages filtrants réalisés avec des tracteurs.

D'autres blocages sont attendus en Rhône-Alpes notamment en Isère, où les éleveurs prévoient de déverser du fumier jeudi matin près de Vienne, devant la laiterie Sodiaal avant de participer, avec leurs tracteurs, au blocage de l'A7.

Pas plus de 24 heures

Ce blocage devrait durer toute la journée de jeudi, mais pas plus. Contactés par Lyon Capitale, plusieurs représentants d'éleveurs affirment ne pas vouloir le prolonger au-delà de jeudi, pour ne pas gêner les importants flux de véhicules attendus pour les départs en vacances de ce week-end.

Du côté de la préfecture du Rhône, on assure mettre en place des itinéraires de substitution pour les automobilistes. Les services de l’État affirment ne pas vouloir aller à l'affrontement avec les éleveurs et se refusent à "jeter de l'huile sur le feu, dans une situation déjà complexe où les éleveurs souffrent". Les derniers sondages d'opinion montrent d'ailleurs que les Français soutiennent dans leur très grande majorité le mouvement des agriculteurs.

1 commentaire
  1. Epsilon - jeu 23 Juil 15 à 7 h 41

    Toujours les mêmes méthodes à la FDSEA : le chantage pour demander encore plus de subventions pour un mode de production polluant et non viable.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut