Manifestation contre le président Congolais
©Grégor Clauss

Les Congolais de Lyon réclament le départ du président Kabila

Une centaine de manifestants a parcouru hier après-midi les rues de Lyon, pour dénoncer la crise politique et les massacres en République Démocratique du Congo.

Manifestation contre le président congolais le 8 octobre 2016

©Grégor Clauss
Manifestation contre le président congolais le 8 octobre 2016

"Pour sauver l'Afrique, libérez la RDC." Les slogans sont forts samedi après-midi, alors que le marché de la place Jean-Macé touche à sa fin. Une foule bleue rouge et jaune aux couleurs du drapeau de la République Démocratique du Congo, s'est rassemblée démarrant une marche de protestation jusqu'à la place Bellecour.

Munie de pancartes, mégaphones et entonnant des chants, la centaine de manifestants est en colère. La raison du courroux ? La récente annonce du président Joseph Kabila de reporter la prochaine élection présidentielle. L'élu, à la tête du pays depuis plus de quinze ans, chercherait à gagner du temps en vue de modifier la constitution, qui l'interdit de briguer un troisième mandat. "Kabila doit partir le 19 décembre, c'est la date de la fin de son mandat", réclame Nicolas Ndumbi, l'un des organisateurs de la marche.

Un manifestant en colère contre le gouvernement congolais

©Grégor Clauss
Un manifestant en colère contre le gouvernement congolais

"Nous pleurons nos martyrs de la démocratie tués par Kabila"

Au-delà d'une situation politique tendue, les manifestants dénoncent "les actes du gouvernement congolais qui font des millions de morts", condamne Yannick Mouely, Gabonais d'origine et présent hier parce qu'il "se passe un peu la même chose au Gabon". Les manifestations anti-gouvernement font chaque semaine des dizaines de morts au Congo-Kinshasa. La foule accuse Kabila d'être à l'origine des nombreux massacres perpétrés en RDC depuis quelques années : "Kabila tue ses enfants congolais, et personne n'en parle."

Le Franco-Gabonais pointe du doigt le manque de visibilité des massacres en Afrique donnée par les médias français. Et reproche à l'Union européenne de fermer les yeux sur "la corruption des gouvernements africains".

Si le contexte de la manifestation demeure sensible, la marche s'est déroulée dans une ambiance colorée et musicale, avec des chants en lingala que l'on devine hostiles envers Joseph Kabila. "Nous savons que le meilleur moyen de diffuser un message, c'est le pacifisme", conclut Yannick Mouely.

à lire également
Agnès Marion
"S’il vous plaît, présentez-moi la dame qui a décidé, étant parfaitement instruite, d’avoir sept, huit, neuf enfants". La petite phrase sortie d'un discours d'Emmanuel Macron prononcé le 26 septembre à New-York à propos de l'éducation des femmes et de la natalité en Afrique provoque des réactions du monde entier sur les réseaux sociaux. À Lyon, l'élue RN à la région Agnès Marion s'est fendue de son tweet. 
Faire défiler vers le haut