Camille Prigent est un streamer lyonnais spécialisé dans le jeu de rôle
Camille Prigent est un streamer lyonnais spécialisé dans le jeu de rôle @CaMak

Le théâtre d'improvisation en ligne, c'est la spécialité de ce streamer lyonnais

Camille Prigent, alias CaMak est un streamer lyonnais. Sur ces réseaux Twitch et YouTube, il diffuse ses aventures dans les jeux vidéo. Sa spécialité, le "roleplay", un véritable théâtre d'improvisation en ligne.

Camille Prigent est Lyonnais. Depuis 2012, il partage ses aventures sur différents jeux vidéo sur sa chaîne YouTube sous le pseudonyme de CaMak. En 2013, l'homme de 38 ans se lance sur la plateforme Twitch. Il se spécialise peu à peu dans la discipline du RP, contraction de "roleplay" (traduire : jeu de rôle, NDLR).

Sur sa chaîne Twitch, plus de 186 000 personnes suivent son travail. En 2017, il lance son projet de serveur "roleplay" pour en faire profiter sa communauté. C'est l'explosion. Tous les soirs, 200 à 250 joueurs se réunissent en ligne pour "jouer à la vie", pour prendre part à ce théâtre d'improvisation grandeur nature. Les vidéos, en direct ou non peuvent faire penser à des séries télé. On s'attache aux personnages, aux lieux...

Un jeu de rôle, en ligne

Depuis des années, les jeux de rôle passionnent. Au départ, ce n'était qu'un mouvement minoritaire dans des milieux obscurs. Des joueurs se réunissaient autour d'une table et jouaient les chevaliers, les elfes ou les nains dans des aventures fantaisistes. Aujourd'hui, il est possible de reproduire cela en ligne, dans des conditions réalistes et avec plusieurs centaines de joueurs en simultané. Tout cela avec le jeu vidéo comme support.

"Plusieurs factions sont jouables, les civiles, les policiers, les criminels et même les politiciens", explique Camille "CaMak" Prigent.

C'est ce que fait Camille "CaMak" Prigent avec son serveur nommé "Faily V". Tous les soirs, ses internautes se connectent avec leur personnage, et interagissent entre eux. Pas d'histoire, pas de ligne directrice. Les joueurs sont libres de vivre leur vie comme ils l'entendent. À condition bien sûr de respecter les quelques règles imposées. "Nous avons plusieurs factions : les civiles bien sûr, qui ont un travail normal, des policiers, des gangsters et des politiciens", explique CaMak. "Ce sont les choix des joueurs qui les mènent à avoir leur place dans l'écosystème", poursuit-il.

"On recrée une microsociété"

"La visée du jeu de rôle, c'est de créer des histoires, d'interagir entre joueurs. Au final, on crée une microsociété", explique le streamer lyonnais. Élément plutôt curieux, les personnages évoluent dans une ville imaginaire américaine. Cependant, au fil des années, la société dessinée par ces derniers s'est francisée : lourdeurs administratives, Code du travail ou encore permis de port d'arme. "Au niveau des administrateurs, cela nous embête un peu" regrette Camille Prigent, "mais c'est ainsi, les joueurs sont libres."

"C'est amusant de voir à quel point, cela peut être ressemblant. Par exemple, le comportement des politiciens est très similaire à celui qu'on peut observer dans la vie réelle."

La seule différence que les administrateurs de cette microsociété imposent c'est l'amusement. "L’objectif ce n'est pas de mettre les joueurs dans des galères qu'ils peuvent vivre au quotidien", détaille le streamer. Ainsi, tout est fait pour que les difficultés financières soient impossibles et que la "mort" d'un personnage soit, en grande partie, décidée par le joueur lui-même.

La violence éludée

Le jeu qui sert de support à cette microsociété se trouve être GTA V. Un jeu réputé pour sa grande violence. Violence physique, drogues, sexualité, etc... Là, tout cela disparaît au profit des scènes qui s'articulent entre les joueurs. La violence est lissée par des petites actions du quotidien, des discussions. "On évite un maximum les scènes violentes, ce n'est vraiment pas le plus intéressant", confie Camille Prigent.

"On évite un maximum les scènes violentes, ce n'est vraiment pas le plus intéressant"

D'autres jeux se prêtent aussi à cette discipline. L'un d'entre eux plonge les joueurs dans l'univers de l'Ouest américain, au temps des cow-boys et des Indiens. Mais cela a beaucoup moins de succès que le jeu de rôle à une époque contemporaine. Le streamer lyonnais confie : "je trouve cela dommage, ce sont des jeux qui fonctionnent très bien. Cependant les gens préfèrent se retrouver dans un univers dont ils connaissent les codes."

Lire aussi : Chat GPT : À Lyon, réflexion sur la cohabitation avec l’intelligence artificielle

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut