Le Palais de Justice des 24 Colonnes-2
Eliot LUCAS

Le président du Bastion Social sous contrôle judiciaire

Déféré ce vendredi à Lyon en compagnie de huit autres Identitaires et d’un militant “antifa”, le président du Bastion social et cinq autres prévenus ont été placés sous contrôle judiciaire.

Onze personnes ont été déférées ce vendredi à Lyon suite à la rixe de mercredi soir entre des militants d’extrême droite et des antifascistes en marge du concert “No racism, no sexism, no fascim” organisé au bar RockNEat, quai Arloing. Parmi elles, le président du Bastion social, Steven Bissuel, ainsi que huit autres Identitaires. Sept d’entre eux ont été mis en examen pour “violences aggravées” et six placés sous contrôle judiciaire. Steven Bissuel et quatre autres déférés ont également l’interdiction de paraître dans le 5e arrondissement de Lyon entre 22 heures et 6 heures du matin.

Pour sa part, le trentenaire d’extrême gauche impliqué dans l’affrontement est soupçonné par la justice d’avoir heurté entre deux et trois Identitaires à l’aide de son véhicule. Il a l’interdiction de paraître dans les 5e et 9e arrondissements en dehors de ses obligations professionnelles. Les deux derniers prévenus ont été placés sous le statut de témoin assisté. Pour l’heure, l’enquête a été confiée à la sûreté départementale du Rhône.

Cette bagarre fait suite aux dégradations du local lyonnais du Bastion social, mardi matin, par des militants d’extrême gauche et celles, fin mars, du local de l’union départementale de la Confédération nationale du travail (CNT) par de supposés membres d’un “groupe fasciste” selon ces derniers.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut