Le père de Caroline Dickinson invité à Lyon pour témoigner sur les tests ADN d'Interpol

John Dickison est l'invité de la 5e Conférence internationale des utilisateurs de l'AD qui se déroulent mercredi 14 et jeudi 1( novembre

Lyon Capitale : quelle est la raison de votre venue à Lyon ?

John Dickinson : J'ai été invité par Interpol pour une conférence sur l'ADN. La mort de ma fille Caroline doit aider à mettre en place un échange international des fichiers ADN. Il y a déjà un certain nombre de profils ADN dans la base de données d'Interpol. Je veux que le plus grand nombre de pays participent à cet effort.

Pensez-vous que sans les tests ADN, le meurtrier serait toujours en fuite ?

Je le pense, oui. Il ne faut pas oublier le fait que non seulement les tests ADN ont prouvé que Francisco Arce Montes était coupable, mais ont aussi prouvé que le premier suspect, Patrice Padé, n'était pas coupable. Autrement dit, ils ont permis de prouver l'innocence de quelqu'un et la culpabilité d'un autre.

Pensez-vous que les tests ADN devraient être systématiquement utilisés ?

Oui. Les criminels ne sont pas des gens stupides et ils sont donc plus susceptibles de rentrer dans les pays qui ne pratiquent pas les tests ADN, et qui ne partagent pas les fichiers internationaux. A ce moment, les criminels risquent de passer à travers les mailles du filet. Je suis pour que le plus grand nombre de pays rejoignent Interpol.

Certains pensent que les tests ADN sont un danger en ce qu'ils participent à un contrôle des populations. Qu'en pensez-vous ?

La façon dont les tests ADN sont utilisés par Interpol ne posent pas problème. Selon moi, ça ne freine pas les libertés individuelles. Mais il faut que ces tests soient encadrés.

Que pensez-vous du projet de loi français sur les tests ADN et le regroupement familial ?

Je ne ferai aucun commentaire puisque ce n'est pas une procédure qui vise à résoudre des crimes. Je ne me fais pas le porte-parole de l'utilisation des tests ADN. Je suis simplement le père de Caroline qui esaie d'aider à prévenoir de la souffrance d'autres familles et d'autres parents

Propos recueillis par Guillaume Lamy

et Assia Toufektchan

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut