La végétalisation à la place des voies de bus à Lyon coûtera cher

Alors qu'elle se heurte à une vague de commentaires négatifs sans précédent, la ville de Lyon maintient, pour l'instant, son projet de végétalisation de la rue Edouard Herriot à la place des voies de bus et emplacement cyclables. L'addition pourrait être également douloureuse.

Il y avait la question des usages, celle du partage de la route, voici qu'intervient le budget de l'expérimentation. Le 6 juin, Gérard Collomb a présenté un projet de végétalisation de la rue Edouard Herriot où des bacs avec plantes et arbustes seraient temporairement installés à la place des voies de bus et emplacement cyclables. L'espace dédié à la voiture reste largement préservé avec 24 places de stationnement supprimées sur les 180 présentes. Ce projet qui doit voir le jour à la rentrée a entraîné de nombreuses réactions négatives. L'association La ville à vélo y voit également une initiative qui "met en danger les cyclistes".

Mercredi 12 juin, le président de la métropole de Lyon David Kimelfeld a présenté une expérimentation de piétonnisation du cœur presqu’île, un samedi par mois à partir de septembre, ce qui a eu comme effet secondaire de souligner les travers de ce projet de végétalisation voulu par la ville (lire ici).

Un projet à 600 000 euros

Un nouvel élément pourrait contribuer à son rejet. Dans un projet de délibération au conseil municipal, qui doit être voté le 1er juillet, il est indiqué que les travaux de cette opération de végétalisation temporaire pourront atteindre le montant maximum de 600 000 euros "sous réserve de confirmation à l'issue de la consultation". Dans un rectificatif, les mentions "sur l'emprise du couloir de bus des rues Edouard Herriot, Chenavard, de Brest et Gasparin" ont disparu. Cependant, selon nos informations, pour l'instant le projet n'a pas évolué et prendre toujours la place des voies dédiées aux bus.

5 000 voyageurs impactés par jour

5 000 personnes empruntent également les lignes S1 et 27 sur le secteur, la fin de ces couloirs impactera lourdement leur trajet. Il s'agit de lignes d’hyperproximité, maillons essentiels dans la vie de familles, travailleurs et personnes âgées sur le quartier, qui se retrouveraient bloqués dans la circulation si le projet est maintenu en l'état. À l'heure où, les Lyonnais sont invités régulièrement à abandonner leur voiture pour se reporter vers les transports en commun et modes doux, cette végétalisation qui nuira à ce type de déplacement apparaît comme "incompréhensible" comme en témoigne les nombreuses réactions. Il reste désormais quelques semaines à Gérard Collomb pour revoir sa copie. Le maintien du projet actuel pourrait entraîner un risque d'usage, mais aussi politique.

Mise à jour : il s'agit d'un impact de 5 000 voyages et non 3 000 comme nous l'écrivions à l'origine

à lire également
rue de la République piétons piétonne
Poches de canicule dans la canicule, les îlots de chaleur empêchent le mercure de redescendre durant les nuits d’été. Ce phénomène très urbain concerne les trois quarts de la ville de Lyon et s’accentue avec le réchauffement climatique. Peu pris en compte dans les aménagements publics jusqu’à présent, ce problème pourrait être amorti en remodelant la ville avec des matériaux plus naturels.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut