croix-rouge
LOIC VENANCE / AFP

La trêve hivernale débute le 1er novembre

Les propriétaires ne pourront plus expulser les locataires pour impayé à partir du 1er novembre et ce jusqu’au 31 mars 2015.

Obtenue par l'Abbé Pierre lors du fameux hiver 1954, la trêve hivernale des expulsions donne du répit pour les locataires. À l'échelle nationale, 162 000 assignations en justice pour impayé ont eu lieu et 123 000 ont fait l'objet d'une procédure d'expulsion locative.

Dans le Rhône, la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS) estime à 10 000 le nombre de demandeurs prioritaires de logement social à très bas prix (6 euros du mètre carré), sur 23 000 demandes de logement social.

Aggravation des expulsions, hébergement d’urgence débordé

Sur les dix dernières années, on assiste à une aggravation des expulsions locatives, avec une augmentation de 37 % sur la dernière décennie des décisions d'expulsion, selon des chiffres donnés par les organisations sociales et confirmés par la Chambre nationale des huissiers de justice (CNHJ).

Le second volet de la trêve hivernale concerne l'hébergement d'urgence. À Lyon, la FNARS estime que, chaque jour, près de 330 personnes ne reçoivent pas de réponse à leur demande en raison d'une pénurie de places. Le 115 reçoit près de 1 000 appels par jour.

Le nombre de places en hébergement d'urgence est de 1 550 dans le Rhône en 2014 et près de 3 230 places d'hébergement pour les personnes fragiles. Au total, en 2014, il y aura près de 900 places de plus par rapport à l'an dernier. Signe d'une dégradation sociale des plus fragiles.

à lire également
Dans l'industrie et les services, l'activité a repris et semble se rapprocher de son rythme normal en Auvergne-Rhône-Alpes, note la Banque de France dans sa dernière enquête. Seule l'hôtellerie-restauration marque encore le pas.
4 commentaires
  1. Saint Appronien - 2 novembre 2014

    Les huissiers n'ont plus de travail jusqu'au 1er avril….

  2. Sophie_Lyon - 3 novembre 2014

    Les huissiers ont toujours eu du travail ! ils s'enrichissent grassement en poursuivant les chômeurs en fin de droit ou les surendettés bien plus que les patrons qui ne paient pas l'URSSAF C'est la raison pour laquelle ils s'insurgent dès que l'on tente de toucher aux privilèges de leur profession.

  3. Saint Appronien - 3 novembre 2014

    Comme vous y allez, ils font un métier comme les autres certes ils sont bien rémunérés trop peut être, faut bien payer les vacances à Méribel, ou Courchevel… Monsieur MACRON va les tordre à mon avis, adieu Porsche, Ile Maurice..ils vont s'entretuer pour avoir des clients…

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut