Torche de Feyzin © Lyon Capitale

La raffinerie de Lyon Feyzin toujours arrêtée, quelle pénurie d'essence ?

Une partie des salariés de la raffinerie de Lyon Feyzin est en grève depuis près d'un mois. La production est ainsi arrêtée. Une tentative de blocage a eu lieu ce lundi matin.

Depuis début octobre, des salariés de la raffinerie de Lyon Feyzin sont en grève, ce qui a entraîné un arrêt de la production. Ils demandent à la direction de Total de renoncer à supprimer sept postes. "la direction en soumettant toujours plus ses salariés à des charges de travail démesurées, est-elle consciente qu’elle expose la population à un LUBRIZOL ou un AZF bis !", dénonçait alors la CGT dans un communiqué. Du côté de Total, on assurait que ces sept postes n’entraîneraient pas de licenciement, mais des reclassements. Près d'un mois après le début de cette grève, la situation n'a pas encore trouvé d'issue.

La CDFT quitte l'intersyndicale

Ce lundi matin, une tentative de blocage a été menée à la raffinerie. Elle a été empêchée par les forces de l'ordre. La CFDT a quitté l'intersyndicale regrettant que "le rapport de force soit privilégié à la voie du dialogue" et s’interrogeant sur l'avenir du site avec "l'annonce de la fin du moteur explosion d'ici 2020". Le syndicat s'inquiète désormais de l'issu du conflit social "la seule chose qui est sûre c'est que la majorité des salariés, des intérimaires et des sous-traitants est contrainte de prendre des congés et des jours de RTT avant de perdre de l'argent". Du côté de la CGT, on reste ferme sur la question des sept postes.

Pas de pénurie à l'horizon

Aucune pénurie de carburant n'a été constatée sur l'agglomération de Lyon depuis le début du mouvement. Total continue d'approvisionner les stations-service depuis d'autres points de production et les automobilistes ne se sont pas rués dans les points de vente pour faire le plein. C'est souvent ces derniers par leur comportement qui entraîne les pénuries. Jusqu'à présent, les choses restent donc à l'équilibre.

2 commentaires
  1. Galapiat - 4 novembre 2019

    la CFDT ce grand syndicat créé pour contrer toutes volontés revendicatives dont les dirigeants au terme de leur mandat se retrouve propulsés à des emplois bien rémunérés nommés dans des postes publics, E Maire (VVF puis France investissement, J Kaspar (conseiller ? ambassade de France Washington puis conseiller Fondatol ?), N Notat, ( VIDEO société européenne, grandes banques, fond de pension puis COFACE , puis conseil surveillance du MONDE) épargnons F Chérèque, ensuite c'est L Berger qui attaque surtout la CGT, prétextant "l’arrêt du moteur a explosion en 2020" donc dans 2 ou 3 mois alors la position de ce syndicat n'étonnera personne,

  2. Georges Marchais - 4 novembre 2019

    Je vais faire le plein merci

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut