TCL
TCL © Romane Thevenot

La fréquentation des TCL se rapproche de son niveau pré-covid dans la Métropole de Lyon

Mise à mal pendant deux ans par les conséquences de la crise sanitaire, la fréquentation du réseau TCL a peiné à retrouver son niveau pré-covid, mais au 1er semestre 2022 la situation s’améliore. En comparaison avec les chiffres de 2019, la fréquentation des transports était de l’ordre de 90% en début d'année. 

Un peu plus de deux ans après le début de la crise sanitaire du Covid-19, le Sytral, l’autorité organisatrice des mobilités (AOM) des territoires lyonnais, vient de présenter son bilan de la reprise post-covid en 2021, en termes de fréquentation. En 2021, les voyages ont largement augmenté sur le réseau métropolitain par rapport à 2020, le Sytral enregistrant une progression de 19%, soit 393 752 630 voyages effectués en un an.

Les lignes de métro, 159 031 680 voyages (+20%), et les lignes de bus, 153 579 195  voyages (+19%), se partagent la plus grosse part du gâteau, viennent ensuite les tramways avec 77 850 587 (+18%) et enfin les funiculaires, 3 291 168 (+37%), qui connaissent la plus forte reprise. 

Des chiffres prometteurs pour les TCL, mais qui sont encore loin des standards de 2019, la dernière année de référence avant la crise sanitaire, où le Sytral faisait état de 496 213 359 voyages. Un gap que les services de l’organisateur des transports justifient par le fait qu’en 2021 "il y avait encore de nombreuses restrictions : couvre-feu jusqu’au 20 juin impactant par conséquent l’offre de transports en soirée, confinement, recours fort au télétravail, jauges limitées dans de nombreux lieux, etc.".

Télétravail et report modal pèsent sur le fréquentation

Toutefois, il convient de noter que depuis le début de l’année 2022, la reprise de la fréquentation sur le réseau TCL se poursuit et commence à se rapprocher de celle de 2019. Au premier semestre de l’année 2022, le Sytral l’évalue à "90 à 92% selon les jours, en comparaison avec 2019". 

Selon la deuxième AOM de France, dont la présidence est assurée par Bruno Bernard, le président de la Métropole de Lyon, les conséquences du recours au télétravail, "encore très présent" continuent de se faire ressentir et à cela s’ajouterait également un "report modal sur les modes doux complémentaires (vélos, marche à pied, trottinettes…)". Deux éléments qui pourraient expliquer, en partie, ces 10% de fréquentation en moins. 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut