reci-procités

La fête des voisins tous les jours de l'année ?

reci-procités ()

Un architecte franco-allemand a conçu un projet qui se réaliser au nord-ouest de Lyon. Une résidence de 52 logements où tout est pensé pour favoriser le lien inter-générationnel, l'entraide et la vie collective.

Son projet s'est nourri d'une frustration. "J'en avais un peu marre de ces promoteurs qui me demandaient de réduire les parties communes", souffle Patrick Stefan Rheinert. Les parties communes sont autant de place perdue à la commercialisation, et autant de charges supplémentaires pour les habitants. C'est à cause de cette logique économique que les loges de gardien ont quasiment disparu.

Pourtant, "habiter une résidence, ce n'est pas seulement habiter un appartement", estime l'architecte franco-allemand. Jardins, terrasses communes, pieds d'immeubles aménagées sont autant d'espaces où se nourrit la vie collective.

Un paradis pour seniors

L'architecte a mis au point un modèle de résidence qui réhabilite le vivre ensemble. Ce projet, Récipro-Cité, sera exposé à l'exposition universelle de Shanghai. Ces esquisses ne sont pas seulement des élucubrations de doux rêveur. C'est un projet de 52 logements qui va se réaliser au nord-est de Lyon, pour une livraison en 2011. L'édifice répond aux canons de l'écologie moderne. Mais revenons sur ces innovations favorisant le lien social.

Première surprise : l'absence de cages d'escalier. Elles sont remplacées par des terrasses communes que les résidents de l'étage aménagent ensemble. Pour accéder à chaque appartement de l'immeuble, il faut nécessairement passer par ces lieux collectifs. Les personnes âgées qui habitent au rez-de-chaussée assistent ainsi à un ballet quotidien de voisins avec qui elles ont tout loisirs d'échanger quelques mots. Et de se rendre service : Patrick Stefan Rheinert pense au vieillissement de nos sociétés et au maintien à domicile des séniors.

Au rez-de-chaussée, entre deux corps de bâtiments, se love une serre. "C'est le diamant de la résidence. Il accueille un petit potager où l'on va promouvoir l'agriculture biologique. Et les enfants pourront y laisser leurs petits animaux".

Quatre clubs pour gérer les espaces collectifs

reci-procités ()

Récipro-Cité réhabilite le concierge comme pivot de la communauté. C'est ce gestionnaire animateur qui va lutter contre les incivilités, inculquer le respect aux jeunes et veiller à la bonne marche des quatre clubs : jardinage, enfance, bricolage et animation. Plus que d'occuper les locataires et les faire se rencontrer, ces clubs vont assurer l'entretien des espaces collectifs : tonte de la pelouse et entretien du potager pour les apprentis-jardiniers, exécutions de travaux de réparation et coups de main aux résidents pour les bricoleurs.

L'architecte estime ainsi que des économies substantielles vont être réalisées, notamment sur les charges : entre 822 et 1310 euros par an et par logement en 2009, entre 3241 et 3730 euros en 2025. "Grâce à cette vie collective, les résidents se rendront des services". A condition qu'ils le veulent bien : c'est là la limite du projet. Tout est ici pensé pour favoriser le vivre ensemble. Mais les locataires sont-ils prêts à jouer le jeu ?

à lire également
Alors que certains ont déjà commencé leur cursus universitaire, beaucoup d'étudiants recherchent encore un logement à Lyon. Ces derniers font face à de nombreuses difficultés, notamment les critères d'admission qui deviennent de plus en plus sélectifs. Pour les étudiants étrangers, la situation se complique davantage.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut