CGT drapeau pot
© Tim Douet

La CGT revendique le sabotage du réseau téléphonique en Haute-Loire

Perpétrés en protestation contre la loi Travail, les actes de vandalisme avaient privé les usagers SFR et Bouygues de tout moyen de communication pendant plusieurs heures.

Une stratégie de protestation peu habituelle. La section CGT Energie 43 a publié ce mercredi un communiqué revendiquant les actes de vandalisme perpétrés contre un coffret électrique de la ville de Brives-Charensac, à quelques kilomètres à l'est du Puy-en-Velay, en Haute-Loire.

Lutter contre d'éventuelles suppressions de poste

Cet acte de malveillance avait entrainé la coupure du réseau de télécommunication des opérateurs Bouygues et SFR, comme le relate France Bleu. Neuf heures durant les usagers de ce secteur avaient été privés de téléphone fixe, portable et de connexion internet.

Ce sabotage avait pour vocation de protester contre la loi Travail, qui implique le démentèlement des entreprises publiques, comme EDF, et fait craindre des suppressions de postes.

La police technique et scientifique était venue constater les dégâts. Des poursuites seraient donc envisageables.

à lire également
David Kimelfeld © Antoine Merlet
Le président de la métropole, candidat sans étiquettes à sa propre succession, présentait ce lundi matin ses mesures sociales. Un champ d’action de la collectivité qui lui a permis de cultiver ses différences avec Gérard Collomb.
Faire défiler vers le haut