Emmanuel Imberton CCI
©Elise Julliard

La CCI demande aux entreprises de "pérenniser" la ligne Lyon-Montreal

Pour "pérenniser" la nouvelle ligne Lyon-Montreal, Emmanuel Imberton le président de la CCI a appelé les chefs des 300 entreprises les plus importantes a "faire de cette ligne une réussite".

Alors que la ligne Lyon-Montréal de la compagnie Air Canada a effectué son premier vol le 17 juin dernier, Emmanuel Imberton le président de la CCI Lyon Metropole a interpellé les chefs des 300 plus importantes entreprises de la métropole sur "leur responsabilité dans la pérennisation de cette ligne intercontinentale".

"Au-delà de Montréal, c’est l’ensemble du Canada et des États-Unis qui s’ouvrent désormais au départ de Lyon. Cette liaison directe, c’est aussi l’accélération des échanges, du business et des opportunités d’investissements réciproques entre deux espaces économiques majeurs", a estimé le président de la CCI.

"Il nous appartient maintenant à tous de faire de cette ligne une réussite. Pour relever ce défi, surtout dans cette phase de démarrage où cette ligne Lyon-Montréal sera forcément challengée, la recette est simple : il faut utiliser cette nouvelle liaison chaque fois que nous voyageons vers le Canada ou les États-Unis. Il faut éventuellement modifier nos habitudes de voyage et privilégier notre plateforme aéroportuaire lyonnaise qui se développe au bénéfice des entreprises et de l'activité économique régionale", a insisté Emmanuel Imberton.

"Soutenir des initiatives comme celle d’Air Canada, qui fait confiance à notre région, est donc indispensable pour construire les liens durables avec les compagnies aériennes", at-il conclu.

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.
Faire défiler vers le haut