L'Islam de France est marocain... sauf en Rhône-Alpes

L'élection du président du CFCM aura lieu le 22 juin à Paris.

En Rhône-Alpes, pas de bouleversement majeur puisque le président de Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM) gardera la main. En effet, c'est la liste d'Azzedine Gaci, soutenue par l'UOIF, qui a remporté le scrutin par 50,5 % des voix. Alors que M. Gaci s'est réjoui de la participation massive des mosquées de la région, le recteur de la Grande Mosquée de Lyon, qui a boycotté le scrutin, dénonce le vote de mosquées fantômes. Le mode de scrutin, décidé en 2003, établit que chaque mosquée désigne de grands électeurs en fonction des mètres carrés dont elle dispose. Une mosquée qui possède 1000 m2 aura une dizaine de grands électeurs. M. Kabatane fustige une mosquée démolie à Saint-Fons (elle possèderait selon nos informations 4800 m2) dont les délégués auraient quand même participé au vote.

" M. Kabtane est de mauvaise foi parce qu'il sait pertinent que cette mosquée a été déplacée pour permettre sa reconstruction et que les fidèles prient désormais quelques mètres plus loin sur la commune de Vénissieux " lui répond M. Gaci.

La création du CFCM, voulu par Nicolas Sarkozy alors ministre de l'intérieur, devait permettre l'émergence d'un islam de France débarrassé des influences étrangères. De ce point de vue, c'est un échec cuisant puisque la Grande Mosquée de Paris reste sous l'influence d'Alger et le RMF prend ses ordres à Rabat. Tout cela avec la bénédiction du gouvernement français qui prétexte la lutte contre le terrorisme dans ces pays, et notamment au Maroc.

S. M

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut