L'épisode de pollution aux particules fines s'accentue à Lyon

La qualité de l'air est inquiétante depuis le milieu de semaine sur l'agglomération lyonnaise. La préfecture a déclenché le premier niveau d'alerte.

Une pollution de l'air évaluée à 9,9 sur une échelle de 10. Déjà inquiétante depuis mercredi et l'activation du dispositif préfectoral d'information, la qualité de l'air se dégrade encore un peu plus ce samedi, indique l'observatoire Air Rhône-Alpes. Ce qui a conduit la préfecture à placer l'agglomération lyonnaise en niveau d'alerte 1. Avec des recommandations sanitaires, à l'attention des personnes vulnérables notamment.

"Les conditions météorologiques restent anticycloniques et favorables à l'accumulation des polluants", indique Air-Rhône Alpes. Au vu des 40 polluants pris en compte, l'observatoire juge la qualité de l'air "très mauvaise" de Mâcon à Valence, le long de l'A7, et de Bourgoin-Jallieu à Lentilly. C'est surtout la pollution aux particules fines PM10 -de diamètre inférieur à 10 micromètres- qui inquiète. Ces dernières sont classées comme cancérigènes par le Centre international de recherche sur le cancer.

Limiter la consommation électrique et éviter la voiture

L'activation du dispositif préfectoral s'accompagne de plusieurs conseils afin de limiter le risque sanitaire. Il est recommandé d'éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe (7h-10h / 17h-20h) ainsi que les activités physiques intenses, même en intérieur. En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, il est conseillé de se rapprocher d'un médecin ou d'un pharmacien. Des conignes auxquelles s'ajoutent une vigilance particulière pour "les femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques".

Il est recommandé de contrôler la consommation electrique et de chauffage mais aussi d'éviter les moyens de transports polluants. Les limitations de vitesses sont d'ailleurs abaissées de 20km/h. Retrouvez les conseils sanitaires d'Air Rhône-Alpes et les consignes de limitation de la consommation d'énergie. Enfin des informations quant à l'impact de la pollution atmosphérique sur la santé sont également consultables sur le site de l'ARS.

à lire également
météo ciel nuage soleil pluie
Lyon est-il à l'abri d'un nouvel épisode de pollution ? La qualité de l'air est moyenne à Lyon ce dimanche. Elle devrait le rester lundi, avant une amélioration prévue mardi, notamment avec le retour de la pluie.
9 commentaires
  1. Collombitude - 3 décembre 2016

    Il est recommandé de ne pas se rendre aux matchs de foot en bagnole, les regarder à la télé pour les intoxiqués afin d'éviter d'intoxiquer l'Est lyonnais

  2. pierre 09 - 3 décembre 2016

    Seuil d'Information pollution depuis le 30/11 Seuil d'alerte depuis le 02/12 Le 03/12 indice pollution 99/1000 Prévisions pour demain dégradation Prevision meteo pour la semaine: condition anticyclonique donc encore degradation de la qualité de l'air Action des pouvoirs public: aucune, on reflechira peut etre mercredi a mettre en place la circulation alterné voir une restriction de circulation en esperant d'ici là que le vent se lève ou que la pluie arrive. D'ici là augmentation des crises d'asthme et des décompensations cardiaque et pulmonaire, on en est pas à queques mort près..... Quelle belle image de notre ville!

  3. Jean Jaurès - 3 décembre 2016

    Et faute de COL, le trafic de transit Nord-Sud qui vient se mêler au trafic d'agglomération et se diffuser dans le bassin lyonnais! Le COL (Contournement Ouest de Lyon)! Vite!

  4. pierre 09 - 3 décembre 2016

    Selon l'ARS 45000 mort par an du à la pollution, pas d'etat d'urgence en vu ça fait pourtant pas mal de mort!

  5. Robes Pierre - 3 décembre 2016

    Jean jaures, COL , et A45 bien sur..qui évitera les ralentissements .

  6. collectifvalve - 3 décembre 2016

    Certains commentaires sont surprenants : l'automobile pollue (responsable d'un gros tiers de la pollution atmosphérique), il y a trop d'automobiles qui traversent la ville de Lyon donc il faut construire de nouvelles infrastructures routières en périphérie. Hormis la question du coût pour une collectivité qui n'en a plus les moyens, pourquoi déplacer le problème au lieu d'essayer de le résoudre ou au moins de le limiter ? C'est une règle observée partout dans le monde : + d'infrastructures routières c'est + de voitures pour plus d'embouteillages. Nous commençons à sortir de ce cercle vicieux en centre ville: sur Lyon-Villeurbanne la part de la voiture est passée de 35% en 2009 à 26% en 2015. (48% à 42% sur la Métropole) Continuons plutôt à privilégier les TC, le vélo et la marche !

  7. Robes Pierre - 3 décembre 2016

    la zone Lyon, Givors, Vienne, Les autoroutes; A6,A7, A 43, A46, A47, A450, A89, un trafic poids lourd dense certains jours sur A7 ils occupent 2 voies sans respecter d'ailleurs les inter distances , et on voudrait nous faire croire que c'est l'automobile qui pollue. On attend toujours le ferroutage, les voies d'eaux( merci à Voynet pour le canal Rhin/Rhône)des réalisations quasiment impossible l'emprise est occupée par le TGV de nos élus.Monter sur la colline de Fourvière et observez la ville!!

  8. Mathison - 3 décembre 2016

    À quand une mobilisation collective pour enfin faire changer les choses ?

  9. collectifvalve - 5 décembre 2016

    Nous observons quotidiennement : 60% de l'espace urbain non bâti est alloué aux véhicules motorisés. Les poids lourds polluent mais ils ne représentent qu'un tiers de la pollution des véhicules motorisés. nous sommes d'accord, il faut investir massivement dans le ferroutage pas dans de nouvelles infrastructures routières: la collectivité n'a plus les moyens de faire les deux.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut