Baby et Nepal  © Justine Fragnon 05
© Tim Douet

L'affaire Baby et Népal passe devant le tribunal ce matin

Ce mardi matin, le tribunal administratif de Lyon doit rendre son avis sur la légalité ou non de l'arrêté d'abattage visant les deux éléphantes du parc de la Tête d'Or.

L'affaire Baby et Népal n'est pas close. Loin de là. Ce mardi, le tribunal administratif de Lyon devra rendre son avis sur le fond de l'affaire ; à savoir si la mesure d'abattage qui vise les deux pachydermes suspectés d'être porteurs du bacille de la tuberculose, est légale ou pas.

En février dernier, le conseil d'État avait suspendu l'arrêté pris pas le préfet Carenco qui ordonnait l'euthanasie des deux éléphantes. Au-delà de la procédure d'urgence, le Conseil d’État avait douté de la "légalité des mesures prescrivant l'abattage des animaux", en l'occurrence l'arrêté du préfet. D'abord parce que Pinder n'a pu "faire valoir ses observations". Ensuite le juge administratif avait contesté l'ensemble des arguments mis en avant par le préfet : "Compte tenu de l'ancienneté et du caractère peu probant des tests réalisés auparavant sur les éléphants, de la possibilité technique d'effectuer des examens complémentaires, de l'efficacité des autres mesures prises qui peuvent être maintenues ou renforcées, et à l'intérêt qui s'attache à la préservation (...) d'une espèce rare et protégée, il existe un doute sérieux quant au caractère proportionné du choix de la mesure d'abattage".

Le juge avait alors décidé qu'il reviendrait au tribunal administratif de Lyon de juger de la légalité ou non d'une telle mesure.

Entre temps, la princesse Stéphanie de Monaco a exprimé son souhait de faire venir les deux éléphantes dans la propriété de la famille Grimaldi à Roc Angel. Seulement, là aussi, un problème se pose puisque cette terre promise pour Baby et Népal ne se situe pas à Monaco, mais dans les Alpes-Maritimes, dont les autorités ont déjà fait connaître leurs réticences à accueillir les deux animaux sans certitude sur leur état de santé.

(Mis à jour à 11h20)

Faire défiler vers le haut