Hulot a-t-il tué les Verts ?

On devait se disputer à grands coups de couches d'ozone, se balancer des centrales nucléaires sur la gueule et transformer le débat politique en développement durable. Mais voilà, Nicolas Hulot est passé par là...

Pire qu'un désherbant Roundup, il a complètement ratiboisé le débat sur l'écologie. Il est arrivé avec ses bonnes idées, ses soutiens people, et a demandé à tous les candidats de se prononcer, sans discuter, sur son programme écologique. Il a fait mousser tout cela comme un bain-douche Ushuaia, et personne n'a résisté à ce panier garni labellisé écologique. Oui pour lutter contre le réchauffement climatique, oui pour une industrie respectueuse de l'environnement, oui ! oui ! oui ! à la biodiversité. Ils ont tous signés !

Avec l'étiquette "élu produit de l'année", ils sont tous repartis avec leur certificat de conformité : Ségolène Royale est devenue 100 % bio, Nicolas Sarkozy un véritable poulet fermier... Rien de tel pour tuer le débat sur l'environnement ! Nicolas Hulot a mis tout le monde d'accord et la droite comme la gauche ont re-pompé les mêmes propositions dans leurs programmes. Tout cela ressemble plus à un morceau de cabillaud congelé de l'Atlantique Nord plutôt qu'a un véritable débat d'idées...

Très, très fort ! Nicolas Hulot, l'écolo sponsorisé par TF1, l'Oréal et EDF aura réussi à dynamiter toutes les discussions sur l'environnement. C'est à se demander si cette vraiefausse candidature n'était pas préméditée de toutes pièces...

Le résultat est en tout cas terrible pour les Verts qui se retrouvent dépossédés de leur fonds de commerce. Les intentions de vote pour Dominique Voynet se sont réduites à un crotin de Chavignol et pour sauver les meubles, la candidate verte est obligée de faire des oeillades indécentes au parti de la rose... Sans doute afin d'obtenir quelques places de repêchage pour les législatives.

Les Verts vont certainement sortir complètement pollués par cette élection présidentielle : ils ont marchandé leur liberté avec le PS et bradé leur idéologie à une star de la télé. Il n'y a plus de jus, plus d'alternative à gauche ! Un peu comme une éolienne en panne de vent...

à lire également
À l’heure où les finances publiques se raréfient, une idée ressurgit : se servir du réseau ferroviaire existant pour développer un RER à la lyonnaise en s’appuyant sur les 35 gares que compte la métropole de Lyon. La proposition séduit, mais elle est techniquement plus compliquée qu’il n’y paraît.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut