François Hollande
© AFP

Hollande rencontre les autorités musulmanes à Lyon

En visite à Lyon pour participer aux rencontres sur le climat ce 1er juillet, François Hollande a rencontré les responsables du culte musulman de la région. Ils ont évoqué les solutions à mettre en œuvre pour endiguer le terrorisme.

À sa demande, le président de la République a rencontré hier mercredi 1er juillet les responsables du conseil régional du culte musulman (CRCM). Près d’une semaine après l’attentat de Saint-Quentin-Fallavier, François Hollande est venu apporter son soutien aux musulmans de la région et esquisser des pistes pour résoudre les problèmes de radicalisation.

"Nous voulons trouver des pistes ensemble, en coopération avec le Gouvernement, déclare Abdelkader Laïd Bendidi, président du CRCM et recteur de la mosquée de Saint-Fons. Ces fanatiques sont nés en France, sont français. Il faut explorer les failles, trouver où ça n’a pas marché, pourquoi ils en arrivent à ces extrêmes". L’une des solutions envisagées : travailler sur une formation française des imams. "Un centre de formation est nécessaire, car il faut que les imams soient conscients du contexte politique, culturel et social de la France." Pour Abdelkader Laïd Bendidi, "importer" des imams n’est pas une solution.

“L’islam est compatible avec la République”

"Toucher aux musulmans, c’est toucher à la communauté nationale", selon le président Hollande, cité par le président du CRCM. "Le président nous a dit qu’il ne fallait pas laisser les extrémistes monter la communauté nationale et les musulmans les uns contre les autres. Il a reconnu que l’islam était compatible avec la république."

L’attentat du 26 juin en Isère a provoqué de nombreux rassemblements de solidarité dans la région, notamment devant la mosquée de Villefontaine. "L’islam est doublement victime du radicalisme, car les musulmans sont pris en otage et la religion est salie par ces actes barbares", estime Abdelkader Laïd Bendidi.

6 commentaires
  1. spacelex - jeu 2 Juil 15 à 10 h 38

    'Moi-je' a dit : 'L'Islam est compatible avec la république ' ... islamique ! Oui, comme en Iran !

  2. Robes Pierre - jeu 2 Juil 15 à 16 h 04

    analysons le fond, d'évidence aucune religions n'est compatible avec une république, certaines tentent de s'y mêlées mais les textes fondateurs conduisant à l'adoration d'un homme fait Dieu , de ses représentants sur terre , de tous les dictats infondés , vestimentaires, alimentaires basés sur des coutumes invérifiables sont en parfaite opposition avec la notion d'égalité des êtres, de respect de l'individu. Il est le représentant du peuple , enfin en théorie,n'a pas à engager la pensée de chacun des citoyens, dans ce cas il confond son rôle avec celui de pape ou autre autorité autoproclamée d'une des milliers de religion qui asservissent mentalement les individus par le monde

  3. kaoetic - jeu 2 Juil 15 à 18 h 07

    Nouvelle violation de la laïcité et ceci par la plus haute autorité de la République! C'était quoi déjà son slogan ? Reconnaître ainsi les religions c'est les réintroduire dans la gestion de la cité.La seule légitimité vient du peuple , de la nation et certainement pas d'hommes ou de femmes qui s'autoproclame d'un dieu qui n'existent que dans leur esprit. Ce President loin de pacifier notre société construit imperturbablement le prochaine guerre civile religieuse !

  4. lilith - jeu 2 Juil 15 à 19 h 21

    Il n'y a pas d'autorités musulmanes' en France bon sang ! Et le président de la République n'a pas à discuter d'égal à égal avec des religieux. Déja Sarkozy a fait n'importe quoi avec le conseil français du culte musulman, il faut arrêter. Pour que l'islam ( ou toute autre secte) soit 'compatible' avec la république, il faudrait qu'il accepte sans discuter la mixité, la liberté et l'autonomie des femmes incluant la non-polygamie, les droits des homosexuels et se soumettre à la loi commune en terme de moeurs, alimentation collective etc. On en est loin et en tant que femme, j'en ai vraiment assez qu'on cajole, dans mon propre pays, une religion qui les brime dans tous les pays où elle a le pouvoir et qu'en plus quand on proteste on passe pour le méchant !!!

  5. hugo - jeu 2 Juil 15 à 23 h 30

    On ne peut que partager les commentaires sur ce nouveau dérapage au regard des principes de la laïcité... Il est vrai que dans la ville d'un maire qui passe son temps à en commettre notre président ne pouvait pas faire moins... Blague à part comment en effet le président peut-il déclarer 'l'islam compatible avec la République' alors que ses préceptes maintiennent la moitié féminine de l'Humanité sous le joug masculin et dont une partie importante de la doctrine et de ses fidèles font passer la loi religieuse avant la loi républicaine, voire veulent l'imposer aux non croyants avec le délit de blasphème ? Il a peut être voulu dire que les musulmans pouvaient être républicains, ce dont personne ne doute, mais il ne l'a pas dit comme cela. Quelle erreur ou quelle démagogie...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut