Grenades près d'une synagogue : "pas d'alerte sérieuse"

La police continue ses investigations dans le cadre de l'enquête ouverte samedi soir après que trois grenades ont été retrouvées, près d'une synagogue, au croisement des rues Saint-Gervais et Saint-Mathieu, à Lyon 8e.

Les armes de guerre ont été découvertes, peu après 19h30, scotchées entre-elles et dissimulées au fond d'un sac plastique, dans un charriot de supermarché, abandonné près du lieu de culte. Les fidèles auraient découvert eux-mêmes les grenades, en sortant de la synagogue samedi soir. Après l'intervention des démineurs, il s'est avéré que les armes ne contenaient pas de charges explosives, "elles étaient inoffensives", nous a affirmé lundi matin un représentant de la police judiciaire, joint par téléphone.

Un suspect a néanmoins été arrêté par la police samedi soir. Il avait été vu en train de fouiller dans le sac où a été disposées les grenades. Il a été placé en garde à vue, mais il a été rapidement mis hors de cause. Il s'agissait seulement d'une personne âgée du quartier qui voulait voir s'il n'y avait rien à récupérer dans le charriot.

Selon la PJ, "le symbole est inquiétant, mais il n'y avait pas d'intention manifeste de tuer". Et de préciser : "Il n'y a pas d'alerte sérieuse." Des prélèvements n'en ont pas moins été effectués sur les grenades et envoyés en urgence au laboratoire d'analyse de la police scientifique. Les résultats seront connus dans la journée.

Par ailleurs, une enquête de voisinage est toujours en cours pour savoir si les riverains ont vu quelque chose et la vidéo-surveillance du quartier est en cours d'exploitation, sans succès pour l'instant. Samedi soir, un périmètre de sécurité d'une centaine de mètres a été établi autour de la synagogue. Un immeuble d'habitation a dû être évacué.

à lire également
police
L'entrepôt, situé dans un appartement de l'avenue Berthelot, en plein centre de Lyon, était sous la surveillance d'un ressortissant albanais. Quelques mois plus tôt, ce même lieu était le théâtre de l'arrestation d'un demandeur d'asile originaire d'Albanie et de la saisie de 10 000 euros provenant d’un trafic d’héroïne. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut