Georges Fenech vivra la "fin du monde" à Bugarach

Le député de la 11e circonscription du Rhône passera cette journée apocalyptique à Bugarach, seul endroit épargné de l’apocalypse selon certaines croyances. Il entend profiter de la forte présence médiatique pour délivrer son message de lutte contre les sectes et appeler d’autres pays à former des structures gouvernementales pour y faire face.

N’allez pas lui dire qu’il espère fuir la fin du monde en se cachant à Bugarach. Car c’est exactement ce que Geaoges Fenech, député UMP du Rhône et ancien président de la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) est venu combattre dans ce petit village de l’Aude, seul épargné de l’apocalypse selon certaines croyances. "J’y vais car c’est ma place. C’est là que je dois être pour apporter le soutien de la représentation nationales au préfet de l’Aude ainsi qu’aux élus locaux et à la population", explique-t-il.

L’élu, fraichement nommé président du groupe parlementaire d’étude sur les sectes déjeunera à la préfecture de Carcassonne avant de se rendre dans le fameux village totalement bouclé par les forces de l’ordre et qui sera le centre du monde l’espace d’une journée.

Une tribune pour le monde

Et Georges Fenech compte bien profiter de la forte présence médiatique pour "porter la contradiction aux défenseurs de ces théories obscurantistes" et délivrer un message au monde entier. Devant l’expansion et le développement des sectes, il souhaiterait que d’autres pays constituent des groupes de lutte. "La Miviludes, reste malheureusement à ce jour une structure unique au monde. Elle s’avère être une grande réussite, mais les sectes n’ont pas de frontière et une mobilisation de tous les pays sur ce sujet préoccupant serait la bienvenue", juge l’élu.

L’organisme surveille actuellement près de 800 pratiques, potentiellement apparentées à des dérives sectaires, plus ou moins clairement identifiées. "Aujourd’hui des gourous ont su tirer profit de cette pseudo fin du monde, mais au-delà de la pseudo prophétie, la face immergée de l’iceberg est beaucoup plus noire. Il faut penser aux victimes inaudibles de ces sectes, en rupture familiale, professionnelle ou parfois médicale", insiste l'élu rhodanien.

La fin du monde reportée

Mais la non-réalisation de la fin du monde ne permettrait-elle pas de "dégonfler le soufflé" et de décrédibiliser les sectes qui ont surfé sur cette vague ? Georges Fenech n’y croit pas. Au contraire, selon lui cela apportera même de l’eau à leur moulin. "Soyez sûr que dès le 22 décembre, une nouvelle date pour la fin du monde sera fixée, la fin du monde ayant été repoussée à force de prières et d’engagement des disciples", explique le spécialiste qui juge que l’attrait pour ces prophéties apocalyptique pourrait relever d’un ressort psychologique. "L’engouement derrière cette apocalypse n’est peut-être que l’aspiration de notre société à vivre différemment, il est peut-être finalement perçu comme un message d’espérance pour certains", analyse-t-il.

à lire également
Michel Havard, Georges Fenech, Najat Vallaud-Belkacem et Philippe Meunier © Tim Douet (montage LC)
L’année 2017 a laissé sur le carreau de nombreux élus et ministres. Les obligeant parfois à reprendre le cours d’une carrière professionnelle laissée en jachère, voire jamais construite. Si le matelas du cumul des mandats a amorti des chutes, certains heurtent le mur du réel. Tour d’horizon des battus et des recasés.
1 commentaire
  1. Helene311 - 23 décembre 2012

    Il n'y avait pas de 'sectes' à Bugarach. Il n'y a pas eu non plus l'annonce d'une autre date pour la fin du monde. Tout cela était dans l'imaginaire de M. Fenech, qui en a fait bien de trop... avec l'argent du contribuable. L'ubuesque ici, le bizarre et le charlatan, c'est qui ? Espérons que les français prendront conscience de l'énorme supercherie que constituent tous ces discours alarmistes et tortueux sur des groupes qui en réalité n'existent pas !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut